mercredi 14 février 2018

La tutrice Sylvie Walter dessaisie. Youpi !!!!


Vous pouvez en effet diffuser ceci en mentionnant mon nom.




Jacques B.a été tuteur de sa grand mère Geneviève B. entre juin 1996 et juin 1997 (date de son décès

Avant cela la tutrice était Madame Sylvie W   (  une vieille connaissance pour nous n'est ce pas ?)


 Sylvie W e a été dessaisie suite à une opacité des comptes avérées liée à des arbitrages et des ventilations importantes de comptes que l'ensemble de la famille avait jugé injustifié pour atterrir dans des succursales proches de chez elle.
L'avocat du 9 eme arrondissement (de qui je tairais cependant le nom) avait alors rédigé : Mme W. commencé à vendre  "les Bijoux de famille"...L'acte figure encore surement au greffe du Tribunal d'instance du 1er arrondissement.

Une fois tuteur j'ai demandé quelques documents et l'étude de Mme W.m'a renvoyé une note officielle qu'un de ses dépots avait brûle et que les documents en questions étaient dedans.
Je n'ai cependant pas insisté mais il est vrai que j'ai découvert en juin 1996 une situation de quasi-faillite, même la pharmacie de mon quartier n’était plus payée ou au compte goutte tout comme le syndic de l'immeuble ou vivait Mme Genevieve B.

Lorsqu'elle était curatrice il était très difficile de la joindre et j’étais souvent éconduit. Enfin j'ai trouvé un peu outrancier qu'elle me fit payer 4000 Francs français de l'époque ses propres frais d'avocats contre celui qui a réussi à la dessaisir mais j'ai réglé pour ne pas faire d'histoire. J'ai donc payé aussi sa défense.

Bien que ce fussent les biens de ma famille, j'etais dans une situation ou j'avais tous les torts et elle disposait de tous les droits

Bien sur elle n'appréciera pas ce que je viens de rédiger mais si elle elle réagit une nouvelle fois négativement par rapport à cela, ce sera bien la preuve que les choses n’étaient déjà pas franche et claire à l'époque. 

Pour faire valoir ce que de droit
Jacques B

2 commentaires:

  1. C'est bien la preuve qu'on a fait exprès de me coller, le 10 mai 2016, une curatrice très éloignée de mon domicile, mais sciemment car de réputation malhonnête. Pour me mettre encore plus en difficulté...

    RépondreSupprimer
  2. Jean-Thierry CAMUS :
    Raison de plus, immédiatement après le 31 MARS, d'exiger la remise des comptes des tuteurs à leurs protégés. Et d'oser, collectivement, dénoncer les contrevenants. Qui ne respecte pas l'article 510 alinea 3 du Code Civil a quelque chose à cacher. Dénonçons et n'ayons pas peur de représailles. Les laisser faire en douce sera toujours pire à terme. Plus vite on les coince, moins ils volent.

    RépondreSupprimer