mardi 31 juillet 2018

Diagnostic médical sur les réseaux sociaux ... méfiance !

Diagnostic médical sur les réseaux sociaux ... méfiance !


   Dans les groupes FB  consacrés aux abus tutélaires  on voit parfois des  internautes , surgis d'on ne sait où , qui se plaignent d'avoir été mis ou d'être menacés d'être mis sous tutelle ou curatelle de façon abusive.
  Immédiatement, d'autres internautes,  qui ne connaissent strictement rien de cette personne, qui n'ont pas eu connaissance de son dossier, qui n'ont jamais vu ni échangé avec cette personne accourent à son secours  et lui confirment que oui cette mise sous tutelle est " forcément " abusive.
Les juges  et les experts sont tous des " corrompus " qui sautent sur des gens parfaitement sains d'esprit  pour les mettre sous cloche parce que " ça rapporte du fric" 

   Ces bons samaritains n'ont en général aucune formation en médecine et encore moins en psychiatrie  mais dans leur cerveau étroit il y a la certitude que la personne qui débarque en hurlant qu'elle est saine d'esprit EST en réalité saine d'esprit  et le diagnostic est vite posé :  l'intervenant est forcément crédible ...  et l'expert psy est forcément un corrompu ...

  Viennent alors les conseils et les tuyaux pour échapper à une mesure aux yeux de ces ignorants, cruelle et injuste :   On leur explique que faire  pour contourner la loi , on leur donne des tuyaux souvent bidon et que les intervenants  suivent aveuglément car bien sûr les gens des tutelles leur veulent du mal et les gentils facebookiens leur veulent du bien .

 Certes,  il existe de nombreux cas de tutelle abusive il faut le dénoncer et personnellement je ne fais que ça à longueur de journée  mais dans certains cas la mesure est absolument nécessaire et abonder dans le sens de la prétendue victime est non seulement grotesque mais dangereux et risque de se retourner contre  elle.

 Il est bien sûr positif que les personnes ayant des problèmes avec les tutelles se retrouvent sur les réseaux sociaux pour échanger entre elles ou apporter leur témoignage  amis à mes yeux ceux qui posent des diagnostics médicaux et psychiatriques en ligne sont des dangers publics.

lundi 30 juillet 2018

Etant tenue au secret professionnel, je ne puis vous donner les détails, déclare la tutrice !!!

Etant tenue au secret professionnel, je ne puis vous donner les détails, déclare la tutrice !!!

 ça rappelle furieusement les collaborateurs d'Emmanuel Macron à l'Elysée qui refusent de répondre clairement à la Commission d'enquête....
La tutrice se contente de généralités et répond à côté de la plaque aux questions précises que je lui pose :

ci dessous le mail que 'ai envoyé à la tutrice et à son avocat , et la réponse de celle-ci, avec, en rouge, mes remarques

Mon mail
                Il y a     a une quinzaine de jours je vous ai adressé un mail  pour vous informer qu'une des " protégées" de la tutrice Madame CC, s'inquiétait car elle avait remarqué depuis plusieurs mois des prélèvements à partir de on compte et en direction de votre compte, alors qu'elle ne vous connaît absolument pas, et des prélèvements en direction de la société Immotut qu'elle ne connaît pas davantage...
  De plus, elle a appris que son appartement de la rue Condorcet a été vendu pour la somme qui nous paraît à tous dérisoire de 120.000 !   cetres Madame H avait donné son accord pour la vente de cet appartement  mais elle n'a pas été consultée sur le montant !
Vous avez répondu à mon mail en me disant que vous le transfériez à la tutrice ...
Celle-ci  n'a malheureusement toujours pas contacté  sa " protégée "  alors que Madame H depuis plus de six mois a écrit partout  pour avoir des explications concernant ses comptes, à sa tutrice qui ne lui répond jamais, au Juge des tutelles, au Consulat d'Espagne...
  Non seulement Madame H  n'a jamais eu la moindre réponse à ses questions légitimes  mais en plus elle vient d'apprendre qu'elle ne recevrait plus ses relevés de compte !
S'agirait - il d'une mesure de représailles ? 
 Madame H est dans un état de grande anxiété, je vous rappelle qu'elle a 86 ans  et que toutes ces cachotteries concernant SON argent la rendent malade.
  Elle a d'ailleurs fait ces derniers jours un malaise et il est trop facile de mettre celui-ci sur le compte de la chaleur.
 Madame H a de nombreuses fois téléphoné à sa tutrice, qu'elle n'a pas vue depuis 6 mois !  mais celle-ci ne répond jamais.
J'ai moi-même téléphoné au cabinet de Madame Chabot et suis tombée sur la secrétaire qui m'a dit que la tutrice n'était pas là..
Je vous répète que je suis très inquiète pour la santé de Madame H.
Elle va être obligée de prendre un avocat puisqu'il n'y a pas d'autre moyen pour elle d'avoir les informations auxquelles elle a pourtant droit.
Mais il y a immense décalage entre les Droits des " protégés " tels qu'ils sont proclamés dans la Charte et la triste réalité.

Réponse de la tutrice 
Madame,

Je reviens vers vous suite à vos courriers et mails concernent Mme H
Je suis bien aise de voir que vous vous inquiétez pour elle.
Etant tenue au secret professionnel, je ne puis vous donner des détails.  ( Ben voyons, donc aucune explication concernant les virements vers l'avocat FF ou vers la société Immotut)
Cependant, je peux vous indiquer que son appartement a bien été vendu avec son accord et conformément à l'ordonnance rendue par le juge des tutelles.    Oui, elle a donné son accord de principe pour la vente mais n'a pas été consultée sur le montant de la vente 120.000€ pour un appartement dans le très chic IXème )
Mme H. est informée de ce qui est fait pour elle et ce, toujours en présence de Mme P référente sociale ville de Paris et de la directrice du foyer. Non c'est faus Madame H n'a aucune explications sur les sommes prélevées
Nous prenons toujours ce temps en réunion afin qu'elle comprenne et que les actions soient reprises par l'équipe du foyer. Vous ne lui donnez aucun explication sur les sommes prélevées
Il n'y a pas de représailles à son égard et les relevés de compte lui sont toujours envoyés chaque mois.   jusqu'à maintenant en effet, mais elle a appris que cela ne serait plus le cas à partir de juillet
Concernant son retour en Espagne, c'est également un sujet qui a été abordé en équipe et avec son neveu en Espagne avec lequel je suis également en lien.  Le sujet est " abordé depuis 3 ans !!!! Madame H ne veut pas rester en France elle veut retourner en Espagne  et sa famille est d'accord 
Pour terminer, le juge des tutelles est bien évidemment informé de toutes les actions et questionnements autour de Mme H.   Bien évidemment  mais la question n'est pas là!

dimanche 29 juillet 2018

Moi en train de méditer sur les tutelles


Moi, en train de méditer sur le scandale des tutelles 

Karim, Jules et Gérard ont de sérieux problèmes avec le tuteur Lxxxx de Saint Gratien ( 95)

 Karim  :

Bonjour

Jules et Gérard, j'ai moi aussi des problème avec M. Laffite de Saint Gratien.

M. Lxx a signé un compromis de vente pour les 2 appartements de mon père pour une sommes dérisoire et en ignorant un autre acheteur qui était prêt à acheté plus chère.

Ne parlons même pas de son refus de communication que ce soit par mail ou téléphone.

Je sais pas quoi faire.

Ma réponse 


Bonjour Karim, je voudrais savoir plusieurs choses

 Votre père a t il été informé du montant  de la vente et a t il donné son accord ?

Comment avez vous vous même été informé du montant ?

Avez vous pris la précaution de faire faire une expertise de l'appt par une agence immobilière ?

samedi 28 juillet 2018

Je ne suis pas la Mère Thérésa des tutelles

   Je ne suis pas la mère Thérésa des tutelles.

   J'essaye de lutter contre le système tutélaire DANS SON ENSEMBLE et pas de résoudre le petit problème perso de Madame Machintruc.

Si Madame Machintruc n'est pas contente qu'elle crée son propre collectif et qu'elle arrête de me pomper l'air.
 C'est une tâche assez lourde, et rendue encore plus lourde par certaines personnes qui se comportent en consommateurs, en demandeurs, en traitant les bénévoles de l'Association ADVT comme des domestiques qui doivent régler leurs petits problèmes illico.
Je précise que je parle de personnes qui ne SONT PAS ADHÉRENTS à ADVT et qui passent des plombes à me gonfler  et à me faire perdre du temps en me racontant leurs déboires au téléphone !!!!!  Je répète je ne suis ni psy, ni avocat, ni juriste, ni Mère Thérésa. 
    Je le répète  L'Association de Défense des Victimes des Tutelles  a simplement de lutter contre le système tutélaire DANS SON ENSEMBLE.
 Je dis bien     
                          DANS SON ENSEMBLE

 C'est plus clair avec le mégaphone, je dis DANS SON ENSEMBLE

 C'est une bien lourde tâche :  il faut d'abord acquérir quelques notions de base en droit des tutelles, il faut ensuite recueillir des témoignages et surtout les trier car beaucoup de témoignages sont sans aucune valeur, aucun fait précis, aucune preuve,  rien des jérémiades et des banalités sur les tutelles  mais aucun élément concret, rien de précis,  des accusations graves mais qui, quand on gratte un peu sont dénuées de tout fondement...

Une fois qu'on a réuni des témoignages exploitables il faut les médiatiser via internet ce qui prend beaucoup de temps et beaucoup d'énergie. 

Ensuite  il faut adresser ces témoignages, accompagnés de preuves donc de pièces annexes aux ministres concernés, aux journalistes, aux députés etc.
Il faut organiser des réunions, des manifestations , tout cela prend du temps.
Là aussi ça demande un boulot dingue.
  Récemment j'ai été contactée par  des Présidents d'Associations qui n'ont rien à voir avec les tutelles , j'ai constaté que le site ADVT est lu régulièrement par des gens qui ne sont pas directement concernés par les tutelles,  et ils  m'ont dit qu'ils avaient adoré la Page d'accueil du site  parce que j'y exprime ce qu'ils ressentent . 
 A savoir un certain ras le bol par rapport à des gens qui se comportent en assistés , en demandeurs voire en quémandeurs et qui ne comprennent pas qu'on peut et je dirais même qu'on doit être un membre actif dans une Association si on veut que celle-ci marche.

Les Présidents d'Associations qui m'ont contactée sont bien sûr des bénévoles  qui s'investissent énormément , pour certains jusqu'à travailler " huit heures par jour et qui en ont marre  plus que marre de se faire engueuler au tél par des adhérents ramollos à qui tout est dû , à qui il faut illico presto donner la  solution de son problème parce qu'il a payé ses 30€ de cotisation !!!   

 Bien sûr  les râleurs et les grincheux sont minoritaires mais quand même quand on bosse huit heures par jour et qu'on tombe sur ce genre de personnes  on se demande si c'est vraiment la peine de se donner autant de mal  !

 Et surtout qu'on ne vienne pas me dire  de façon hypocrite " Mais voyons Madame, vous parlez de Majeurs protégés , donc de gens très vulnérables  et blabla bla "  A quoi je réponds  primo que les MP ne sont pas tous en coma dépassé et que certains ont bien leurs facultés   deuxio  que dans 90% des cas ce ne sont pas les Protégés eux-mêmes qui me contactent, mais leurs proches  et que tant qu'ils ne comprendront pas que seule une action COLLECTIVE  peut mener quelque part, les choses ne bougeront pas.


Je suis absolument convaincue que si tous ceux qui passent leur temps à se plaindre et à lancer des imprécations contre le système  faisaient ne serait-ce qu'un centième de ce que je fais, la question des tutelles serait, sinon réglée, mais au moins prise au sérieux par les autorités concernées.
   Alors quand je décroche le téléphone et que je tombe sur de purs crétin.e.s qui me disent :
 "  J'ai lu votre page d'accueil,  vous expliquez clairement que vous n'aidez pas les gens à résoudre leur problème perso, alors A QUOI SERT VOTRE ASSOCIATION ? ELLE NE SERT  A RIEN !"
  Ce que ces braves gens cherchent à travers l'Association  c'est " un bon avocat parce qu'ils  en ont déjà contacté cinquante et que ça n'a rien donné ".

 Ces gens là ne s'intéressent qu'à leur petite personne,  ils se contrefoutent pas mal du problème des tutelles en général, seul leur cas les intéresse et leur mentalité c'est : si votre Association ADVT  ne peut pas ME  venir en  aide, elle ne sert à rien !

Quel égoïsme, quelle étroitesse d'esprit ,  et aussi quelle connerie , désolée d'être franche, car ne pas comprendre, après avoir lu la page d'accueil et la page Fonctionnement de l'Association  que celle-ci a pour but  de dénoncer des dysfonctionnements dont sont victimes plus de 700.000 personnes et non pas de trouver la solution miracle pour Madame machin truc sont des andouilles. et des feignasses.

    

  

vendredi 27 juillet 2018

le silence de l'avocat FF et de la tutrice ont des répercussions sur la santé de la soi-disant " protégée " Madame H



Mail que je viens d'envoyer à l'avocat star F.F



Maître, 
Il y a une quinzaine de jours je vous ai adressé un mail  pour vous informer qu'une des " protégées" de la tutrice Madame CC, s'inquiétait car elle avait remarqué depuis plusieurs mois des prélèvements à partir de on compte et en direction de votre compte, alors qu'elle ne vous connaît absolument pas, et des prélèvements en direction de la société Immotut qu'elle ne connaît pas davantage...

  De plus, elle a appris que son appartement de la rue Condorcet a été vendu pour la somme qui nous paraît à tous dérisoire de 120.000 !   certes Madame H avait donné son accord pour la vente de cet appartement  mais elle n'a pas été consultée sur le montant !
Vous avez répondu à mon mail en me disant que vous le transfériez à la tutrice ...

Celle-ci  n'a malheureusement toujours pas contacté  sa " protégée "  alors que Madame H depuis plus de six mois a écrit partout  pour avoir des explications concernant ses comptes, à sa tutrice qui ne lui répond jamais, au Juge des tutelles, au Consulat d'Espagne...

  Non seulement Madame H  n'a jamais eu la moindre réponse à ses questions légitimes  mais en plus elle vient d'apprendre qu'elle ne recevrait plus ses relevés de compte !
S'agirait - il d'une mesure de représailles ? 
 Madame H est dans un état de grande anxiété, je vous rappelle qu'elle a 86 ans  et que toutes ces cachotteries concernant SON argent la rendent malade.
  Elle a d'ailleurs fait ces derniers jours un malaise et il est trop facile de mettre celui-ci sur le compte de la chaleur.
 Madame H a de nombreuses fois téléphoné à sa tutrice, qu'elle n'a pas vue depuis 6 mois !  mais celle-ci ne répond jamais.
J'ai moi-même téléphoné au cabinet de Madame  la tutrice et suis tombée sur la secrétaire qui m'a dit que la tutrice n'était pas là..

Je vous répète que je suis très inquiète pour la santé de Madame H.
Elle va être obligée de prendre un avocat puisqu'il n'y a pas d'autre moyen pour elle d'avoir les informations auxquelles elle a pourtant droit.
Mais il y a immense décalage entre les Droits des " protégés " tels qu'ils sont proclamés dans la Charte et la triste réalité.

mardi 24 juillet 2018

95% des personnes sous tutelle sont satisfaites de leur mesure, déclare Yves Faucoup

95% des personnes sous tutelle sont satisfaites de leur mesure, dixit Yves Faucoup.

   Mais qui est Yves Faucoup me direz-vous ?  C'est un travailleur social et responsable syndical  qui est le porte parole du puissant lobby des tutelles.

Disons qu'Yves Faucoup est aux tutelles ce que Castagner est à l'Elysée.

 J'ai donc écrit à plusieurs reprises, en LAR bien sûr, à ce monsieur, au nom de l'Association de Défense des Victimes des Tutelles ADVT  pour lui proposer d'échanger, courtoisement bien évidemment, sur le sujet des dysfonctionnements tutélaires.

Ce monsieur n'a jamais daigné me répondre  mais par contre, il me fait l'immense honneur de lire mon site et même d'y laisser des commentaires...

Et hier  j'ai appris , de la bouche ou plutôt de la plume de Monsieur Yves Faucoup que 95% des personnes sont satisfaites de leur mesure de tutelle !!!!!

Je suis tombée sur le c.. car depuis deux ans que je travaille sur les tutelles je reçois au minimum trois coups de fil ou mails de victimes de ces mesures.

Malheureusement Yves Faucoup, qui reproche toujours aux journalistes qui ont le courage de dénoncer les scandales des tutelles de ne pas apporter assez de preuves, ne cite pas ses sources.
Il parle d'une étude récente.... 

Monsieur Yves Faucoup  puisque vous me faites l'honneur de me lire,  pourriez-vous m'en dire un peu plus sur cette étude ? 

Emmanuel dénonce l'opacité des tutelles

Le système opaque des tutelles en France 

Mail que l'envoie Emmanuel :

Message: Bonsoir à vous tous et toutes,

Je suis en train, de façon imprévue, de mettre à jour les inactions, les équilibres comptables injustifiables, l'abandon sanitaire de ses majeurs "protégés" et le fonctionnement collusoire d'un organisme tutélaire d'une petite communauté de communes de province qui réussit à faire taire les médecins courageux les et avocats fougueux au départ qui ont essayé de s'insurger.

De manière institutionnalisée. Et vous savez d'où viennent les institutions. Comme dans un roman de Simenon.

Sauf que ma mère est une des héroïnes-victimes de ce silence organisé. À ma grande stupéfaction crescendo depuis 2 mois
Un avocat apparemment intègre et combatif va être en support de cette démarche et me représenter.

J'ai également besoin de la presse par le biais d'une interview ou d'une enquête indépendant et j’ai besoin d’élu.e.s indépendant.e.s., du soutien de belles associations malheureusement expertes de colère contenue mais de détermination sans faille.
Je suis trop émotionnel et trop "visible" pour m'en occuper maintenant. Mais je ne veux plus que cette situation perdure pour ma mère comme pour les autres pupilles de ce "bon vieux père de famille" sans état d'âme et âpre au gain qu'est, en autres, le système opaque de la tutelle en France. 
C'est abject et dramatique.
Dans l'attente de votre retour.
Bien cordialement,
Emmanuel 

 Ma réponse, 
Bonjour Emmanuel, 
Vous me dites avoir besoin du soutien de la presse et d'élus,  n'hésitez pas à les contacter vous-même car rien ne tombe du ciel.

Notre association a déjà fait beaucoup de démarches en direction des députés et des sénateurs   ( vous trouverez les courriers que nous leur avons adressés ainsi que les actions que nous avons menées sur notre blog  https://www.advttutelles.com)
 Pour ce  est du soutien des Associations  sachez que celles-ci font ce qu'elles peuvent  mais ne sont efficaces que si les adhérents se comportent en membres actifs et non en simples " consommateurs " attendant que tout tombe tout cuit.
Voici le lien vers le site de notre Association de Défense des Victimes des Tutelles 

http://www.advttutelles.com/p/fonctionnement-de-lassociation.html http://www.advttutelles.com/p/fonctionnement-de-lassociation.html

dimanche 22 juillet 2018

Revenons un peu sur la mort de Michel B


La mort étrange et non élucidée de notre ami FB   Michel B.

Je ne donne que l'initiale de son nom,   parce que Michel avait une famille et que celle-ci  pourrait ne pas apprécier de voir son nom sur les réseaux sociaux.
 La plupart des lecteurs de ce site connaissaient Michel et se souviennent parfaitement  bien de lui - il avait une sacrée personnalité ! - mais pour les petits nouveaux je fais un petit rappel des faits :
 Il aimait la nature, l'écologie et Johnny Hallyday... et il haïssait le système tutélaire, ce en quoi il avait toute ma sympathie, et a passé les derniers six mois de sa vie à vitupérer contre sa  mise sous curatelle , mesure qu'il jugeait parfaitement infondée et abusive.

Et puis  un beau jour, le 9 décembre 2017, il est mort... de mort non naturelle et aujourd'hui , 6 mois après sa mort, celle-ci n'est toujours pas élucidée.
    J'ai toujours pensé que Michel aurait souhaité que sa parole continue d'être entendue après sa mort  et que l'ayant fréquenté quotidiennement pendant 6 mois sur les réseaux sociaux  je pouvais me permettre d'être son porte voix.
Mais j'ai hésité à le faire car je ne le connaissais  que via les réseaux sociaux, je ne le connaissais pas " en vrai ". Je ne l'ai jamais rencontré pour dire la vérité.

  Mais depuis sa mort, j'ai été contactée par un certain nombre de gens qui eux l'ont bien connu et m'ont fourni un certain nombre d'éléments qui premettent de mieux appréhender la situation.
  Certaines de ces personnes aimaient beaucoup Michel  un personnage toujours enjoué et de bonne humeur malgré tous les problèmes qu'il rencontrait  ( logement insalubre,  curatelle abusive, hostilité des gens de son village envers lui)  
 D'autres étaient beaucoup plus réservés et voyaient en lui un manipulateur  qui rendait le monde entier ( son propriétaire, le maire du village ami de son propriétaire, les gens de l'Ars et sa curatrice ) responsables de tous ses malheurs...

  Je n'ai aucune raison de me ranger dans le camp des pro  ou des anti Michel...
  Tout ce qui m'interesse moi  c'est d'essayer de faire comprendre que  oui sa mise sous curatelle, dont il a tant souffert, me paraît une mesure aussi cruelle qu'imbécile, elle était paraît il destinée à le protéger de lui-même mais en quoi l'a t elle protégé puisqu'il est mort ?????   et à propos de sa mort  je pense qu'il est nécessaire d'essayer de comprendre comment les choses se sont vraiment passées.
Il y a environ un an Michel a commencé à intervenir sur tous les groupes FB consacrés aux tutelles.

Ses interventions étaient aussi nombreuses que virulentes :  il s'en prenait au maire de son village, àu propriétaire de son logement  et à sa curatrice  qu'il appelait sa " mandataire tortionnaire " .
Il avait deux pages FB  l'une consacrée  " aux bienfaits de dame nature " et l'autre  " aux amis de l'habitat indigne " 
Il vivait semble t il assez chichement et se plaignait très fréquemment de sa " mandataire judiciaire qui ne lui accordait que 60 € par semaine.
Aurait-elle pu  ou dû lui donner davantage ?   cela est peu probable : Michel était aux minima sociaux et une fois le loyer, les charges, l'électricité  payés + les assurances de deux vieilles voitures+ la nourriture de ses animaux +son tabac, il ne devait pas rester grand chose sur ses comptes ...
Très honnêtement je ne pense pas que sa mandataire aurait pu lui donner plus...

Ce qui est sûr en tout cas c'est que sa mesure de curatelle lui était intolérable.  C'était un amoureux de la liberté , un gentil anar qui n'était pas du tout fait pour vivre en captivité. 
Malgré sa souffrance et ses conditions de vie difficiles  Michel était un être joyeux et  qui ne se contentait pas de  poster des textes revendicatifs et anti-tutelles   il postait quasi quotidiennement des images de plantes assorties généralement d'une explication botanique et nous  en envoyait souvent en MP.
Il s'exprimait dans un français très correct, sans faute de syntaxe ou d'orthographe et ses posts  étaient toujours rédigés dans une langue claire et compréhensible. ce qui n'est pas forcément le cas de toutes les personnes sous tutelle...
Il semblait disposer de toutes ses facultés mentales et cognitives et je n'ai jamais compris les raisons de sa mise sous curatelle. Certes,  Il était manifestement atteint du syndrome de Diogène  mais aux dires de  sa curatrice  que j'ai eue au téléphone  c'est le motif de " psychose paranoïde " qui aurait été la cause de sa mise sous curatelle ...
Il se trouve que j'ai eu l'occasion d'écouter l'enregistrement de l'expertise psy de Michel.

J'ouvre une parenthèse  pour dire que ces fameuses " expertises " sont de plus en plus contestées et devraient selon moi être systématiquement enregistrées  voire filmées.
L'entretien  avec le psy a duré une trentaine de minutes et s'est parfaitement bien déroulé. Michel s'est montré calme et courtois et a répondu de façon très claire aux questions que lui a posées le psy.
A mon humble avis celui-ci a dû fonder son diagnostic sur l'état de l'appartement de Michel : une accumulation absolument invraisemblable d'objets de toutes sortes, des boîtes de nourriture périmées depuis longtemps, des sanitaires délabrés et inutilisables, la présence de rongeurs, un poêle à bois manifestement HS et qui aurait pu être la cause d'un incendie... 
Michel avait réponse à tout : c'était à lui, en tant que locataire de faire réparer la chasse d'eau des WC mais ses moyens ne le lui permettaient tout simplement pas d'assumer ce genre de dépenses. Quant aux milliers d'objets qui étaient accumulés dans l'appartement, Michel les destinait à un Musée vivant de la nature et avait projeté de les installer dans le hangar dont le propriétaire lui aurait promis la jouissance lors de la signature du bail en 2013... Pour les rongeurs, Michel avait résolu le problème en ayant des chats. Pour ce qui était de l'hygiène corporelle oui les sanitaires étaient totalement inutilisables mais Michel avait des amis qui lui permettaient de venir prendre une douche chez eux. 
 Pour les services de l'ARS et le psy qui a examiné Michel , celui-ci souffrait manifestement du syndrome de Diogène  et mettait sa vien en danger : en cas d'incendie chez lui l'accumulation abolument invraisemblable d'objets entassés chez lui aurait  dangereusement compliqué l'évacuation des lieux.
Suite à une visite effectuée au  domicle de Michel l'ARS avait rendu le rapport suivant :
"Notre enquête a permis de relever un défaut grave d'entrtien intérieur du logement avec l'accumulation d'objets mais également de déchets putrescibles pouvant nuire gravement à votre santé. En effet la présence, dans un espace clos, de denrées alimentaires non protégées peut attirer des nuisbles et être à l'origine de maldies infectieuses ou parasitaires.
Par ailleurs des encombrants facilement inflammables sont stockés autour de l'appareil de chauffage à combustion. Le risque de propagation est important d'autant que e fourneau à bois est vétuste et n'a fait l'objet d'aucun entretien récent. En outre, compte tenu de l'encombrement général de votre logement , en cas d'incendie, l'évacuation sera difficile " 

  On comprend à la lecture de ce rapport  que la mise sous " protection" de Michel  partait d'un bon sentiment : il était manifestement atteint du syndrome de Diogène et il paraissait nécessaire de le protéger de lui-même.  Bien que très intelligent, Michel en effet, ne semblait pas conscient que l'état d'insalubrité de son logement lui faisait courir des risques très importants tant pour sa santé que pour sa vie. 
OK.   mais à quoi sert-il de mettre un Diogène sous curatelle ?   Son curateur est-il supposé venir faire le ménage chez lui ?  Je ne pense pas... Selon moi il est absurde de mettre un Diogène sous curatelle  cela n'a aucun sens , cela ne rime à rien. Cette curatelle n'a en aucun cas protégé Michel , sa mort en est la preuve.
Selon eux Michel n'était pas vraiment capable de gérer ses dépenses lui-même  : loyer, électricté, nombreux animaux à nourrir, deux vieilles voitures dont il refusait de payer l'assurance, charges, tabac etc  alors que Michel touchait le minimum vieillesse soit environ 800€. Chaque jour il intervenait sur les réseaux sociaux en traitant sa curatrice de ' tortionnaire mandatée " lui reprochant de lui faire l'aumone de 70€ par mois   mais je ne suis pas sûre qu'elle aurait pu lui donner plus.
Michel a immédiatement fait appel de la décision du Juge,  vous trouverez sa lettre de contestation en PJ
En décembre 2017  un ami FB de Michel s'étonnant de ne plus voir les publications de Michel, publications qui étaient quasi quotidiennes  a eu le réflexe de prévenir le Maire du village.  Le soir même  les pompiers le découvraient mort chez lui. 
 Il s'est donc écoulé une douzaine d'heures entre le signalement  fait au Maire le matin à 9 heures et la découverte de son cadavre le soir ... douze heures   c'est beaucoup !
Aujourd'hui, six mois après la mort de Michel  les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées.
Même si sa curatelle lui semblait intolérable l'hpothèse du  suicide semble devoir être écartée,  et une chose est certaine  il n'est en aucun cas mort de faim  plusieurs personnes qui le connaissaient bien et qui étaient présentes lors du débarras de son logement me l'ont confirmé : ses placards , tout comme le frigo étaient pleins à craquer de nourriture.
Il n'empêcje  que les circonstances de sa mort sont loi d'être claires  et que cette mort aurait peut-être pu évitée si " on " avait fait le nécessaire...  
Je m'explique : l'ami FB de Michel a prévenu le Maire vers 8 heures du matin.
Le Maire et les gendarmes se sont bien rendus  dans la matinée à son domicile et ne sont pas entrés car les portes étaient fermées....
Il faut savoir que les gendarmes n'ont pas le droit de pénétrer au domicile de quelqu'un , c'est en tout cas ce qu'on m'a expliqué.
Tout le monde est reaprti chez soi, sans rien faire de plus...
En fin de soirée  les pompiers ont pénétré chez lui et ont découvet son cadavre.

Une enquête a été ouverte  il y a eu une autopsie. 
On a conclu à une mort  accidentelle due à une chute dans son escalier.  Sa tête aurait heurté un des  objets qui encombraient  le logement.. version officielle.
Peut-être que si on était intervenu plus tôt à son domicile la mort de Michel aurait pu être évitée.
Le lendemain de sa mort j'ai téléphoné aux gendarmes  pour essayer de comprendre pourquoi les pompiers  étaient intervenus si tardivement ... Je suis tombée sur un interlocuteur pressé et désagréable qui n'a rien trouvé de mieux que de casser du sucre sur le dos de Michel, l'accusant d'être par son propre comportment et sa parano la seule cause de ses malheurs.
Il m'a expliqué que si les gendarmes n'étaient pas entrés le matin  c'est qu'ils n'en n'avaient pas le droit. 
Même son de cloche du côté de sa tutrice qui ne semblait pas porter Michel dans son coeur et s'est même montré presque menaçante  :
Elle était  bien évidemment au courant des publications tonitruantes  de Michel sur FB  et de la sympathie que nous avions pour lui.
_  Un conseil Madame,   dites aux amis FB de Michel de cesser immédiatement leurs élucubrations sur sa mort.   Vous ne connaissiez Michel que par internet  vous ne connaissiez qu'une facette du personnage, c'était un manipulateur.  Je ne peux pas vous en dire plus, je suis tenue au secret professionnel  mais écoutez moi bien :  mais vous avez tous intérêt à ne pas raconter n'importe quoi sur vos pages FB. Ne parlez pas de choses que vous ne connaissez pas.
Pour être tout à fait objective, la tutrice n'avait pas complètement tort : sur FB les spéculations allaient bon train  :  Pour les uns Michel était mort de faim  - c'est totalement faux :  plusieurs personnes qui connaissaient Michel et sont entrés chez lui après son décès ont pu constater qu'il avait de très nombreuses provisions ... pour d'autres Michel se serait suicidé car il ne supportait pas sa curatelle .. ouais si on se donne la peine de lire les publications de Michel on se rend bien compte que s'il avait la rage contre sa curatelle il n'en avait pas moins une  pêche du tonnerre et un tonus exceptionnel surtout pour quelqu'un de son âge 70 balais quand même... et qu'il n'avait aucunement l'intentin de se suicider  d'ailleurs on se suicide rarement en tombant dans son escalier ou en se cognant contre un objet... D'autres parlaient même d'assassinat : Michel était un joyeux anar qui dérangeait beaucoup de gens et on l'aurait tout simplement supprimé cela aurait fait une bouche en moins à nourrir.
Je comprends que la curatrice se soit un peu énervée à la lecture de toutes ces conneries.
Car ce sont des conneries  il faut effectivement le reconnaître.
Quand j'ai appris le décès de Michel j'ai eu le réflexe de relire  ses dernière publications  sur FB : il se plaignait de cruralgie  : a cruralgie est une douleur intense provoquée par une atteinte des racines du nerf crural. La cruralgie est très proche, dans ses causes, ses manifestations et ses traitements de l'atteinte du nerf sciatique.   Il y a quelques jours j'étais aux urgences et  mon voisin se plaignait de douleurs abominables , il était sous perf de morphine mais il souffrait terriblement malgré tout.
 Je pense que Michel qui souffrait de cruralgie est tombé dans son escalier et s'est blessé en tombant.
.
Un de ses amis FB s'étonnant de ne plus voir de publications de lui alors qu'il passait plusieurs heures par jour sur  le réseau s'est inquiété et a téléphoné au Maire de Palogneux
Et voici exactement ce qui s'est passé ensuite, ce sont les gendrarmes eux-mêmes qui m'ont raconté comment les faits se sont déroulés.   
Donc le Maire et les gendarmes se sont rendus au domicile de Michel. ils n'ont rien vu de particulier et n'ont entendu aucun bruit.  Les gendarmes n'ont pas pénétré à l'inérieur du domicile car ils n'en avaient pas le droit.  Ils sont donc repartis aussitôt.
Ce n'est que tard le soir que les pompiers sont intervenus, j'imagine que l'ami FB de Michel avait dû s'activer et relancer le Maire ... quoi qu'il en soit les pompiers ont trouvé le cadavre de Michel gisant sur le sol.
Une autopsie a eu lieu puisque la mort n'était pas naturelle.  L'enquête a été menée très ( trop ?)  rapidement puisque, le permis d'inhumer ayant été signé  , les obsèques ont eu lieu le surlendemain. 
Siles secours étaient intervenus plus tôt peut-être Michel aurait-il été sauvé.  Pourquoi y-a-t-il eu un aussi long délai entre le coup de fil passé au Maire à 9 heures du matin et l'intervention des pompiers à 9 heures du soir...
Ce qui est également regrettable c'est que les derniers mois de sa vie ont été empoisonnés l  cette histoire de curatelle qu'il ne supportait absolument pas.
 La mise sou " protection " de Michel  partait sans doute d'un bon sentiment de la part des services sociaux. Je pense qu'ils étaient de bonne foi  et qu'ils pensaient qu'il fallit protéger Michel contre lui-même.   Mais ma question est  En quoi cette curatelle a t elle protégé Michel ?   Et de quel droit imposer à quelqu'un une mesure aussi lourde , barbare et inhumaine à quelqu'un qui n'en veut pas ?????  


 Dans un sens et pour être tout à fait honnête je comprenais un peu  son mécontentement,  elle se faisait quand même traiter de "mandataire tortionnaire " quatre ou cinq fois par jour et ça dvait un peu la gonfler de voir qu'il lui reprochait continuellement de ne lui donner que 60€ par semaine. Comment aurait-lle pu lui " donnr plus " Ressources de Michel  800€ environ. Dépenses  loyer + électricité + nourriture pour un dizaine d'animaux + les assurances et, entre autres celles de deux vieilles voitures + charges etc ...  La pauvre fille ne pouvait pas faire de miracles non plus... 
 Je comprends l'énervement de la tutrice de Michel mais elle aurait quand même pu éviter, tout comme les gendarmes de lui casser autant de sucre sur le dos  le lendemain même de sa mort.
Cinq mois après sa disparition   ici personne n'a oublié Michel ni ses imprécations tonitruantes contre le système des tutelles qu'il trouvait si inhumain et barbare.
Mettre sa mort sur le dos des tutelles serait une ineptie grandiose , mais il est certain que sa mise sous curatelle  lui était intolérable et qu'il a énormément souffert de cette mesure.




Aide toi, le ciel t'aidera


samedi 21 juillet 2018

La Ministre de la Justice se contrefout des problèmes des tutelles

Nicole Belloubet semble se contrefoutre du problème des tutelles.

Il y a des décennies que le problème des tutelles véreuses se pose sans qu'aucun ministre de la Justice n'ait jugé utile de donner un bon coup de balai dans la fourmillière.
Lorsqu'il était candidat à la Présidence, Emmanuel Macron a été le seul à évoquer le sujet des tutelles  et nous pensions naïvement que quelque chose allait se passer.
Ce n'est hélas pas le cas. Lorsque les Associations ou Collectifs anti abus tutélaires s'adressaient aux précédents Ministre de la Justice on les envoyait paître  mais on avait au moins la politesse de leur répondre en invoquant la sacro sainte raison de ' l'indépendance des Juges ' 
Nicole Belloubet, elle, ne se donne même pas la peine de répondre.
Il y avait quelques mois j'avais parvenir à ses services une cinquantaine de témoignages d'adhérents de l'Association de Défense des Victimes des tutelles , c'est un gros dossier qui représente un énorme travail, beaucoup de temps et d'énergie. 
Madame Belloubet n'a pas cru bon de répondre.
Le jour où la violence éclatera  ça risque de faire très mal, les gens sont à bout.
En attendant,  je recpie ici  le courrier adressé à la ministre Nicole Belloubet par Jean-François Roussel.
Cet homme, ancien directeur de la SNCF aujourd'hui à la retraite,  dénonce depuis 20 ans les très graves malversations de l'Udaf de l'Hérault chargée de la " protection" judiciaire de sa tante et qui, selon JFR , lui aurait en fait subtilisé une très importante somme d'argent.

JF ROUSSEL lundi 18 juin 2018 81 chemin de Lalliat 73250 FRÉTERIVE
Madame la garde des Sceaux Madame Nicole BELLOUBET Ministère de la Justice 13 Place Vendôme 75042 PARIS cedex 01
Mail + lettre suivie : 1K 019 826 5913 2
Objet : Demande de rendez-vous.
Madame la garde des Sceaux,
Fin mars, Monsieur Patrick MIGNOLA, Député de la Savoie, vous a sollicité un rendez-vous avec un membre de votre cabinet ; vous n'avez pas donné suite à sa démarche.
Comme cela vous a été brièvement exposé, la gestion de la 'protection judiciaire' de ma tante par l'UDAF de l'Hérault a mis en évidence les graves malversations de cette UDAF et les menées occultes de plusieurs (hauts) magistrats aux fins de les dissimuler.
Dans ce cadre,
• Monsieur le ministre de l'Intérieur n'a pas nié l'implication de trois DDSP 34 successifs et de policiers de haut rang aux fins d'occulter cette affaire,
• Monsieur le Président de la Banque de France et de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution n'a pas nié les opérations abusives (assurance-vie, bons au porteur) et détournements réalisés par et avec la complicité d'ALLIANZ-VIE,
• Les Présidents de l'Ordre des Avocats aux Conseils, du Conseil National des Barreaux, du CSN, du CNCEJ, de la CNECJ, etc, n'ont pas nié les manœuvres et/ou parjures de plusieurs de leurs membres aux fins d'occulter les malversations susdites.
Ces constats et l'absence de réponse de la Chancellerie (Cabinet, DACS, DACG, IGSJ) et du CSM confirment, sauf preuves contraires, les menées occultes susdites.
L'implication de MM. LOUVEL et MARIN dans cette affaire est aussi très préoccupante ; des ministres et des responsables politiques accepteraient-ils la contamination de l'institution judiciaire jusqu'en son sommet par la 'mafia des tutelles' ?
Madame CARON-DEGLISE préside actuellement une mission interministérielle dédiée à la protection juridique des majeurs ; je vous saurais gré de bien vouloir lui demander de me recevoir très prochainement, en présence de Monsieur MIGNOLA de préférence, pour que lui soient présentées des preuves irréfutables des graves 'dysfonctionnements judiciaires' et de corruption, liées aux 'tutelles'.
Vous en remerciant par avance,
Je vous prie d'agréer, Madame la garde des Sceaux, l'expression de mes respectueuses salutations.
Copie :
Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès BUZYN, Madame la Secrétaire d’État aux personnes handicapées, Madame Sophie CLUZEL, Madame la Présidente de l'USM, Madame Virginie DUVAL, Monsieur Patrick MIGNOLA, Député de la Savoie.

vendredi 20 juillet 2018

Remise des comptes de gestion par le tuteur après le décès d'un " protégé "

 Remise des comptes de gestion par le tuteur après le décès d'un protégé.

Après le décès de ma mère, en août 2017, j'ai eu toutes les peines du monde à me faire remettre les comptes de gestion par sa tutrice, la fameuse W , dont je n'ai pas le droit de dire le nom car ce serait attenter " à l'honneur et à la réputation de cette personne " comme me l'a dit son avocat.

Après le décès d'un protégé  le tuteur doit dans un délai de 3 mois remettre les comptes de gestion des cinq dernières années soit aux héritiers, soit au notaire.

La tutrice a fait exprès de les remettre non pas à moi mais au notaire  qu'elle connaît parfaitement bien et dont elle sait parfaitement qu'il refuse toute communication avec moi.

J'ai  eu les plus grandes difficultés à obtenir ces comptes de la part du notaire mais quand je les ai eus  j'ai remarqué   un certain nombre d'anomalies et d'irrégularités pour employer un euphémisme  :   par exemple des dépenses non justifiées et non accompagnées de justificatifs ou de factures alors que la loi fait obligation au tuteur de remettre ces justificatifs en même temps que les comptes.  Ou bien des remboursements de mutuelle non versés sur le compte de ma mère etc.

J'ai signalé ce fait au notaire  qui ne m'a même pas répondu.
J'ai envoyé des RAR à W demandant explications et justificatifs , elle n'a pas répondu.
Je lui ai envoyé une sommation interpellative par voie d'huissier de justice, elle n'a pas répondu.
J'ai écrit à la greffière en chef et au Juge des tutelles  ils n'ont pas répondu.
J'ai écrit au Procureur de la République  il a classé sans suite  " faute de preuves " alors que justement j'avais joint toutes les preuves dans mon courrier.

jeudi 19 juillet 2018

Le genre de mails qui me bousillent les nerfs

Voilà le genre de mails qui me bousille les nerfs : 
 

"Madame,
Je cherche tous les moyens de défense contre des menées tout à fait criminelles et mensongères des services administratifs et sociaux assorties de spoliations de biens d'usage et de prix plus des objets rares. La multiplicité  des complicités sur place sont effarantes; Vous n'êtes pas encline à conseiller un avocat. Pourtant face au droit que nul n'est sensé ignorer un conseil avisé est nécessaire. Bien aimable me communiquer quelques informations sur vos actions. Merci par avance. Cordialement. Mademoiselle D "

Ma remarque perso quant à ce genre de mails 

 Il y a vraiment des gens qui ne comprennent rien à rien  ou qui ne veulent rien comprendre .
Je passe mon temps, sur le site, à expliquer que les avocats ne servent à rien sinon à vider les poches des gogos qui croient encore qu'il existe  la perle rare, le bon avocat, rarissime que l'Association va leur apporter sur un plateau.   Pauvres naïfs...

J'en ai ras le bol de ce genre de demandes !  J'explique très clairement et avec honnêteté  que l'Association de Défense des Victimes des tutelles a pour premier but de dénoncer et de médiatiser le scandale des tutelles et non pas  de trouver l'avocat perle rare qui va résoudre le petit problème perso de Madame Machin truc arc boutée sur son petit problème perso  et qui se fout totalement du scandale des tutelles dans son ensemble.

 Quand aux actions que je mène,  ceux qui veulent les connaître n'ont qu'à se donner la peine de lire le site.
J'en ai marre de certains assistés.
 J'en ai marre de ces gens - d'ailleurs non adhérents car les adhérents d'ADVT eux sont très sympas, ils ont bien compris l'esprit de l'Association et ils ne me parlent pas comme à leur bonniche qui DOIT régler leur problème perso_ qui ne voient dans une Association que le moyen de régler leur petit problème.

Ce comportement d'assisté de merde me révulse.

mercredi 18 juillet 2018

porter plainte contre l'UDAF



Porter plainte contre l'UDAF

http://forums.agevillage.com/viewtopic.php?f=4&t=705

DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par GGDEBAR » Jeu 6 Sep 2012 13:53
Je souhaite faire profiter tous les tutélaires de l'expérience malheureuse que j'ai vécu pendant prés de dix huit mois de tutelle de l' UDAF de la Meuse et surtout des ressources pour faire face aux abus, dysfonctionnement ... tout ce qui peut moralement ou financiérement être péjudiciable aux majeurs sous protection!!!

Tout d'abord j'ai demandé à bénéficier d'une mesure de tutelle pour ensuite devant l'étendue des dégâts en obtenir la maine levée.
j'ai déposé plainte auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection de la Personne, je compte engager une action au civil directement contre l'assureur de mon ex-tuteur, et déposer plainte auprès du Procureur Général contre tout d'abord l'UDAF de la Meuse mais aussi toutes les institutions départementales chargées de la protection des personnes et qui allertées n'ont pas réagi à commencer par le Procureur.

Vous trouverez ci aprés la liste des griefs retenus contre cette association en regard notamment du Code Social et des Familles, il se pourrait que d'autres organismes semblables commettent les mêmes fautes ou entorses.

Je dois contribuer à ce que cesse de telles pratiques, parce qu'elles m'ont m'amené en enfer.


GRIEFS CONTRE L’UDAF de la Meuse

(Outre ceux exposés dans une lettre du 31 mars 2010 déposée contre accusé de réception au greffe du TI de Bar le Duc, non exhaustivement et sous toutes réserves)

Préliminaire :
J’ai été placé sous tutelle en mars 2009 après en avoir fait la demande en octobre 2008 alors que j’étais victime d’une très grave dépression qui m’a valu trois mois d’hospitalisation dans un établissement spécialisé à Dijon, j’étais alors chef d’entreprise et cette dernière a du être placée en liquidation judiciaire et surtout j’avais de nombreux dossiers juridiques à traiter pour des sommes dépassant les 200 000 €.

A partir de février 2010 j’ai retrouvé mes facultés et notamment ma combativité ce qui m’a permis d’entreprendre les démarches pour obtenir en septembre 2010 la levée de ma tutelle.


-----------------------------
Griefs :

Je n’ai reçu aucune information sur mes droits et mes obligations de tutélaire, aucun document individuel de prise en charge, ni de charte du tutélaire je n’ai eu connaissance d’aucun règlement intérieur, alors que ce sont des obligations légales ; aucun affichage (lui aussi obligatoire) n’est réalisé dans les locaux accessibles au public.

L’absence totale de manifestation des employés de l’UDAF, le manque complet de subside (alors que je perçois mensuellement ma pension d’officier de carrière) de mars jusqu’en novembre 2009 m’a conduit à un isolement total, privé de toute vie sociale, totalement exclu du monde, me laissant avec des angoisses qui m’ont amené au bord du suicide en août 2009, heureusement je m’en suis ouvert auprès de ma famille qui a alors subvenu à mes besoins avec une grande générosité et beaucoup de sollicitude.
Je n’ai rien reçu pendant huit mois et seulement cent trente euros entre novembre 2009 et mars 2010 (malgré toutes mes réclamations verbales et écrites) Autre exemple lorsque je suis allé en avril 2010 pour un mois en maison de repos dans les Alpes, l’UDAF m’a fait parvenir avant mon départ un mandat cash de 40 €, alors que mes frais de transport et d’hospitalisation me demandaient une avance de plus de 700 €.


Les personnels de l’UDAF jusqu’en mars 2010 se sont toujours refusé à honorer sans raison valable mes demandes légitimes notamment concernant un subside mensuel, leur comportement avec moi a toujours était hautain, à la limite méprisant (comme je l’ai constaté avec certains autres tutélaires).


Aucun de mes dossiers juridiques n’a été traité, bien que le délégué à la tutelle qui m’a été alors affecté soit le spécialiste en cette branche de l’UDAF, mais il a été placé en arrêt maladie en juin 2009 et manifestement n’a pas été remplacé pour mon suivi.
La seule procédure en cours n’a pas été suivie et donc les fautes de l’avocat qui me représentait en première instance n’ont pas été relevées et m’ont privé de toute chance m’obligeant à faire appel.
Les autres procès à intenter rapidement (avant avril 2010) ne l’ont pas été et leurs objets sont maintenant prescrits.
De plus une procédure qui concernait une indivision à laquelle j’appartenais n’a pu être engagée puisque c’est l’UDAF qui avait reçu le dossier contenu dans mes affaires et qui a refusé de le remettre à l’indivision malgré plusieurs demandes expresses, ce dossier a finalement été rendu en janvier 2011 alors que la prescription quadriennale devant la juridiction administrative pour engager la responsabilité de la CODECOM de Bar le Duc survenait en décembre 2010.
Le contentieux portait sur une somme de 140 000 €

Mon patrimoine n’a été établi qu’au bout de treize mois (au lieu des trois prévus par la loi).
Il n’a pas été correctement cerné puisque notamment un compte titre en actions n’a pas été pris en compte et laissé en déshérence avec les conséquences que cela implique.

Aucune assurance n’avait été prise pour mon véhicule dont ils ignoraient l’existence.

A la suite de la vente d'une maison en novembre 2009 une somme de 40 000 € est restée entre les mains de l’UDAF qui n’a pas jugé utile de la placer sur un compte rémunérer, malgré la notification du juge des tutelles, là encore perte de plus de 10 mois d’intérêts.

Aucune requête n’a été déposée au juge pour la vente de ma propriété, de plus là encore l’UDAF a toujours agi en contre temps en repoussant pour des raisons infondées la signature du compromis survenu en juillet, elle a d’ailleurs failli faire capoter la vente.
En conséquence de tous ces retards cette dernière a eu lieu le 13 décembre alors que la signature devait survenir avant le 31 août, plus de trois mois d’intérêts sur 100 000 € soit plus de 1000 € de manque à gagner.


Après la levée de ma tutelle l’UDAF a continué à recevoir mon courrier par défaut d’information de sa part puisque elle n’a prévenu aléatoirement qu’un certain nombre de correspondants, elle a même en juin 2011 (neuf mois après la levée de la mesure) acceptée une LRAR qui m’était adressée.
Plus encore en octobre 2010 elle a reçu par huissier une signification de jugement qui m’était destinée, heureusement que mon avocat m’avait lui aussi envoyé l’ordonnance du jugement sinon je n’aurai pas pu faire appel.


Je n’ai toujours pas reçu, malgré mes demandes réitérées, le relevé final de mon compte et les pièces communiquées précédemment sont totalement abscondes puisque codées

-------------------------------
Conclusion :
L’UDAF a non seulement totalement manqué, envers ma personne, à sa mission qui est de contribuer au confort moral et matériel de ses tutélaires mais a eu une attitude qui confine à la maltraitance en me refusant tout subside et en ignorant totalement mes recours puisque malgré toutes mes réclamations notamment écrites, après les refus oraux, je n’ai jamais eu aucune réponse de leur part.
Lorsque j’ai retrouvé à partir de février 2010 mes facultés, ils m’ont « pourri » la vie par leurs refus systématiques et leur propension à s’immiscer sans discernement er surtout sans concertation dans les affaires que je pouvais traiter alors qu’ils savaient pertinemment que j’étais en état de le faire, puisque monsieur XXXXX mon délégué à la tutelle revenu aux affaires l’avait confirmé au cours d’une audience devant la Chambre du Conseil du TC de Ba r le Duc

Après leur totale ignorance de mon existence c’est leur incapacité à prendre en compte l’évolution de mes capacités totalement retrouvées et à en référer au juge qui m’a gravement nui.
Ils savaient pourtant depuis le premier jour que j’étais un cas atypique et la nomination d’un délégué spécialisé en droit le prouve amplement si besoin en était.

Ils ont menti à la députée sarthoise, intervenue à la demande de ma sœur ainée fort inquiète de ma profonde déchéance qu’elle a pu constater en août 2009, par une réponse lénifiante se retranchant derrière le secret professionnel.


Après m’être battu avec le greffe du tribunal et obtenu la levée de ma tutelle en septembre 2010 je suis retombé en dépression à partir de novembre en découvrant les conséquences de l’inaction de l’ UDAF dans mes dossiers juridiques et les prescriptions qui étaient tombées ; cette nouvelle phase dépressive à durer plus de dix huit mois pour se terminer en avril dernier après avoir connu ces trois mois d’hiver particulièrement pénibles où tous les jours j’ai appelé la mort ; cette phase m’avait amené progressivement à me renfermer sur moi même, à quitter ma compagne, après avoir consulté nombre psychiatres et tenté une hospitalisation au CHS de Fains à me retrancher dans un appartement pour ne plus voir personne, sans me laver, en ne sustentant un minimum grâce à une de mes sœurs qui me ravitaillait pendant mon sommeil.
Je ne pouvais même pas consulter car je savais dans mon subconscient que s’il m’était ordonné des médicaments ils serviraient avant tout à mettre fin à mes jours.


J’impute cette rechute surtout à l’UDAF de la Meuse mais aussi aux institutions locales que j'ai en temps opportun alertées : juge des tutelles, procureur (deux dépôts de plaintes sans suites, le premier pas enregistré), les services départementaux de contrôle et sociaux qui ne sont pas intervenus pour faire cesser cette situation qui m’était alors fortement dommageable et dont personne ne connaissait alors l’issue.
C’est essentiellement grâce à ma compagne et à ma famille que j’en suis sorti et que j’ai retrouvé mes facultés, néanmoins les conséquences de cette situation continuent à me «pourrir » la vie, à me prendre beaucoup d’énergie, de temps et d’argent pour faire valoir mes droits, dénoncer ces abus et tenter de ‘’récupérer’’ de ces dix huit mois de manquements de l’UDAF

Bon courage à tous ,
et si je peux aider, je le ferai fraternellement.GGDEBAR Message(s) : 10Inscription : Mer 5 Sep 2012 18:17
Haut


Re: DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par laura » Mar 11 Sep 2012 06:49
je trouve votre commentaire curieux ! Ce n'est pas donne a tout le monde d'etre chef d'entreprise, gerant ou proprietaire. L'UDAF ou les gerants de tutelles s'adresse a des gens "incapables" alors comment voulez vous qu'eux memes soient "capable" de gerer et faire fructifier ! Eux ils n'assurent que le courant et n'ont aucune strategie de croissance ou autre. Il n'y a que soit meme qui puisse s'occuper de "ses" affaires, vous etiez vraiment en mauvaise situation pour croire que qui que ce soit puisse s'occuper mieux que vous de vos affaires. Si on pouvait deleguer a n'importe qui ca se saurait !laura Message(s) : 80Inscription : Lun 31 Mars 2008 19:37
Haut


Re: DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par GGDEBAR » Mar 11 Sep 2012 14:05
Tout d’abord merci pour votre commentaire et je viens vous apporter quelques précisions.
Même s'il est surement vrai que je suis un cas atypique pour ce genre d’organismes de tutelles, cette mesure est là pour ‘’protéger’’ des personnes en ayant le besoin et ne s’adresse pas à un public ‘’particulier’, mais si ils ont pris leurs ‘‘habitudes’’

Etre chef d’entreprise ou gérant et propriétaire (sous emprunts) ne sont pas des signes extérieurs de richesse, mais surtout le résultat d’économies, de volonté d’entreprendre et d’aléas de la vie, pour ma part un mixte des trois ; je suis devenu fin 95 gérant et associé d’une TPME de transport routier de marchandises par pure obligation morale suite à un drame dans ma famille et là mes ennuis ont commencé dès ma prise de fonction avec notamment par la suite deux dépôts de bilans frauduleux ( dont celui de BOURGOIN le ‘’roi du poulet’’) qui m’ont mis pratiquement sur la paille ( perte de l’entreprise, cautions …) et j’ai depuis peu repris un travail pour notamment payer des avocats dans les procédures encore ‘’sauvables’’ ou celle contre l’UDAF.

Après un nouveau coup du sort, qui succédait à douze années de lutte acharnée pour défendre mes droits et mes intérêts et ceux des autres (j’ai été notamment président d’une association de défense) je suis tombé gravement dépressif en quelques jours au point où je ne pouvais même plus m’exprimer oralement…
Personne autour de moi ne pouvait suivre mes démêlès juridiques et gérer la petite entreprise de rénovation que j’avais créé en 2004 c’est donc contrait et forcé, conscient de mon état et de ses conséquences, que j’ai fait cette démarche volontaire.

Mais si je suis intervenu sur ce forum c’est parce que le sort des autre tutélaires, maintenant que j’ai découvert le monde des tutelles et de ses abus, m’interpelle surtout dans la mesure où, comme je l’ai souligné dans la plainte que j’ai déposée à leur demande auprès de la DDCSPP, ce sont tous les intervenants auxquels j’ai été confronté à commencer par leurs instances dirigeantes qui ont failli et que cela a duré près de dix huit mois malgré mon attitude, mes écrits et mes recours, comme s’ils jouissaient d’une impunité totale.
J’ai donc fait le constat qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé dans leurs personnels ou d’un dysfonctionnement passager.et je crains pour tous les autres tutélaires souvent sans moyens, sans facultés…donc sans défenses et un fait divers récent dans la presse locale me l' a rappelé.

Pour mon cas je vais me battre en vue obtenir raison en justice, ce qui pourrait amener des changements de comportement dans cet organisme et bénéficier indirectement aux malheureux tutélaires, en plus de réparer mon lourd préjudice.

J’aimerai aussi, obtenir le témoignage de personnes ayant tenté la même démarche envers leur tuteur, pour encourager ceux qui sont dans la peine à réagir.

Autodidacte, d’origine plus que modeste, je suis pour cela d’autant plus sensible à l’injustice, et prêt à la combattre.GGDEBAR Message(s) : 10Inscription : Mer 5 Sep 2012 18:17
Haut


Re: DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par GGDEBAR » Dim 16 Sep 2012 07:16
Al lire dernier nunèro de QUE CHOISIR SPECIAL sur les droits des plus faibles et en particulier mesures de protection de justiceGGDEBAR Message(s) : 10Inscription : Mer 5 Sep 2012 18:17
Haut


Re: DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par GGDEBAR » Dim 16 Sep 2012 18:52
QUE CHOISIR SPECIAL de septembre est consacré en grande partie aux mesures de justice et à la protection des personnes vulnérables en généralGGDEBAR Message(s) : 10Inscription : Mer 5 Sep 2012 18:17
Haut


Re: DEPOTS DE PLAINTE CONTRE UDAF 55

par GGDEBAR » Mar 7 Avr 2015 09:47
Bonjour,
Je suis toujours à la Rrecherche témoignages de tutélaires, d'anciens tutélaires, de familles ou de proches de tutélaires de l' UDAF de la MEUSE.
Vous pouvez me contacter à ggdebar(arobase)aol.com.GGDEBAR Message(s) : 10Inscription : Mer 5 Sep 2012 18:17
Haut

er plainte contre l'UDAF

mercredi 11 juillet 2018

Tutelles : Juges et familles à l'abandon

Tutelles :  des juges et des familles à l'abandon 
Par Estelle Emonet, Jessica Lopez
https://informations.handicap.fr/art-tutelles-curatelle-difficultes-853-9343.php

Dossiers qui s'empilent sur les bureaux des juges et des greffiers, familles tutrices ou curatrices qui ont l'impression d'être "abandonnées"... Le constat est sans appel pour ceux qui veillent sur les intérêts d'un proche âgé ou handicapé, alors même qu'une réforme était censée simplifier les mesures. Décidées par un juge, les mesures de protection, de la curatelle à la tutelle (la plus restrictive), consistent à donner à un tiers la responsabilité d'accompagner et de représenter légalement une personne majeure dont les facultés sont altérées.

Familles : action gratuite
Contrairement aux associations spécialisées et mandataires privés, rémunérés jusqu'à 15% des revenus annuels dans la limite d'un plafond de 468 euros par mois, les familles, à qui sont confiés plus de la moitié des dossiers, le font gratuitement. "On n'a aucune considération. On laisse les familles se débrouiller seules alors qu'on a une lourde responsabilité", témoigne à l'AFP Francis Polteau, tuteur de sa soeur trisomique âgée de 49 ans. Compte en banque, assurances, sécurité sociale, gestion de patrimoine, demandes d'aides : le sexagénaire s'occupe de tout l'administratif sans avoir été formé. Le juge des tutelles, il ne l'a rencontré qu'une demi-heure depuis 2009. Et à chaque fois qu'il est obligé de le solliciter pour une dépense imprévue, il se plaint d'attendre la réponse pendant "des semaines". La réforme de 2007, qui avait pour objectif de "déjudiciariser" le dispositif et renforcer les droits du majeur protégé, n'a pas eu les effets escomptés.

Suivi efficace impossible
En 2015, on comptait 62 000 personnes supplémentaires sous mesure de protection par rapport à 2010, soit une hausse d'environ 2% par an en moyenne, notamment à cause du vieillissement de la population. Avec en moyenne 3 500 dossiers gérés par juge, il est difficile, voire impossible, d'assurer un suivi "efficace" des décisions, s'alarme la Cour des comptes dans un rapport publié en octobre mettant en cause le "très faible" niveau de contrôle des mesures prises à l'égard d'une population particulièrement vulnérable. Entre "les ordonnances, les auditions, les courriers à traiter... On est surchargés. Les comptes de gestion, c'est la dernière chose qu'on fait", confie Catherine Arnal, greffière au TGI du Puy-en-Velay, membre du syndicat SDG-FO, pestant contre un logiciel de gestion qui "a plus de 20 ans".

Un tampon et basta
Chaque année, le greffe est entre autres chargé d'éplucher les comptes de la personne protégée, gérés et fournis par son tuteur. En cas d'anomalie, il doit alerter le juge des tutelles. Catherine, cocuratrice de sa mère atteinte d'Alzheimer, a constaté dans ses comptes de gestion de 2015, tenus par sa soeur également cocuratrice, "des milliers d'euros de dépenses injustifiées". Les 12 000 euros de frais d'alimentation, les travaux dans la maison de sa soeur n'ont pas éveillé les soupçons lors de la vérification des comptes. "On a mis un coup de tampon et puis basta", raconte à l'AFP la quinquagénaire, qui a déposé un recours auprès du juge au risque d'un "clash familial". Elle attend sa réponse depuis septembre.

Des revenus modestes
Les abus sont minoritaires, notamment parce que les personnes protégées ont souvent des revenus modestes, assurent les autorités. Mais chaque année des milliers de comptes ne sont pas vérifiés. Au tribunal d'instance de Lille, par exemple, sur 9 800 mesures de protection environ, 927 comptes de 2014 auraient fait l'objet d'une prévérification par les greffiers (9%) dont 501 transmis au greffier en chef pour approbation, a relevé la Cour des comptes en mars 2016. "On ne peut pas vérifier tous les comptes parce que, concrètement, c'est infaisable. Les moyens qu'on a ne nous permettent pas d'être suffisamment scrupuleux", déplore Céline Parisot, ancienne juge d'instance, secrétaire générale de l'Union syndicale des magistrats (USM).

Protection des plus faibles déshumanisée
Pour les familles, cette gestion à flux tendu déshumanise la protection des plus faibles. "Ils ne s'intéressent qu'aux comptes", s'agace Rose-Marie, tutrice de son frère handicapé. "Quand tu franchis la porte du juge, on te regarde comme si tu étais coupable" d'avoir détourné de l'argent. Elle regrette que ni le juge, ni le greffe n'aient rencontré son frère, ni posé de questions sur son état de santé. Pourtant, la réforme de 2007 oblige notamment le juge à entendre les concernés, sauf s'ils ne sont pas en mesure de s'exprimer. Mais la Cour des comptes relève qu'il lui a été "impossible d'obtenir la part des décisions qui ont donné lieu à une audition". "On parle de mesures de restriction de liberté, il est normal que les personnes protégées puissent s'exprimer (...), mais la réalité des moyens judiciaires ne rend pas cet objectif réalisable pour l'instant", déplore Anne Caron-Déglise, présidente de la chambre des tutelles à la Cour d'appel de Versailles.

Des décisions médicales parfois peu motivées
Au détriment d'une rencontre, certains magistrats se rangent trop facilement "derrière des conclusions médicales parfois peu motivées", la consultation d'un médecin étant obligatoire avant toute décision. Face à des mesures pas toujours bien acceptées par le majeur, le face-à-face permettrait également de "dédramatiser" les situations, insiste la magistrate. "La justice donne une impression de cadre, mais le suivi est très mal assuré", analyse Rose-Marie. Le sujet pourrait "davantage relever de mesures d'accompagnement sociales plutôt que judiciaires, mais on a l'impression que chacun se refile la patate chaude".

Nomination d'un délégué interministériel ?
A cheval entre différents ministères (Affaires sociales, Justice), le sujet souffre de l'absence de porte-parole et "n'est pas une priorité", observe de son côté Hadeel Chamson, délégué général de la Fédération nationale des associations tutélaires (Fnat). La Cour des comptes, qui pointe "une sous-administration manifeste" et un manque de coordination entre les différents ministères, préconise la nomination d'un délégué interministériel. "Il faut une volonté politique, maintenant", insiste Anne Caron-Déglise, qui regrette que la justice de proximité "ne soit pas une priorité" des gardes des Sceaux.

Courriel que j'adresse à une des stars des avocats tutelle

Courriel que j'adresse à une des stars des avocats ' tutelle '  à savoir la célebrissime F.F

Maître,

Madame  Hxxx, âgée de 86 ans est sous curatelle renforcée.

Elle reçoit  ses relevés  bancaires  et constate  de nombreux prélèvements en votre faveur, Maître F, et en faveur d'Immotut.

Elle ne vous connaît ni d'Eve ni d'Adam  et elle cherche à savoir à quoi correspondent ces prélèvements , ce qui est son droit le plus strict  puisque, comme vous le savez très bien les " protégés " ont le droit à l'information.

Bien que placée sous curatelle renforcée, à sa propre demande d'ailleurs, Madame Hxx a sa tête  et souhaiterait comprendre  la raison de ces prélèvements.

Ne pouvant, en raison de handicaps physiques écrire de lettres  elle m'a demandé  de le faire à sa place. Il y a quatre mois  que nous avons envoyé des RAR à la  curatrice, Madame CxxxCxx au Juge des tutelles et au Consulat d'Espagne.

Ces courriers sont restés sans réponse...
.
En ma présence Madame Cxxa  plusieurs fois tenté de joindre sa curatrice au téléphone et celle-ci est malheureusement injoignable.

J'ai moi-même télphoné au cabinet de Madame Cxxxet suis tombée sur la secrétaire qui n'a pas voulu répondre aux questions pourtant légitimes de Madame

Auriez-vous l'amabilité, Maître, de nous faire savoir à quoi correspondent ces prélèvements ?

J'ajoute que l'appartement que possédait Madame Hueso a été vendu, certes avec l'accord de Madame Hxxx,  mais sans que'lle ait été informée  du prix de la vente , dans les 120.000€ si ma mémoire est bonne  ce qui nous paraît  un peu curieux pour un appartement situé Avenue Trudaine, un des quartiers les plus côtés de Paris !
Là aussi Madame Hxx souhaiterait avoir quelques éclaircissements.
Nous vous remercions d'avance Madame Hxx et moi même pour la réponse que vous voudrez bien nous apporter.
Respectueusement.


mardi 10 juillet 2018

Tutelles, ça a l'air de bouger un peu

Tutelle, ça a l'air de bouger un peu ....

Plusieurs petites choses me font penser que les choses bougent un peu et dans le bon sens,


1° J'ai appris récemment  que plusieurs personnes ont obtenu leur mainlevée.
3 personnes qui ne font pas partie de ADVT et 4 qui en font partie.
Je ne donne pas les noms  puisque ces personnes n'ont pas encore reçu leur jugement, il faut donc garder une certaine prudence.

Je précise que pour les personnes qui sont dans l'Association  a)   je ne prétends aucunement qu'elles ont eu leur mainlevée parce qu'elles étaient adhérentes,  c'est probablement une simple coïncidence
b) je précise que les personnes de l'Association ont eu leur mainlevée  SANS AVOIR RECOURS A UN AVOCAT.


2°  Pour les personnes qui s'étaient plaintes auprès du Ministre de la Justice de ne pas recevoir leurs relevés bancaires , la plupart d'entre elles les reçoivent maintenant.  Je ne suis ni  assez stupide ni assez prétentieuse pour imaginer que Nicole Belloubet  est à l'origine de ce petit miracle. Par contre  les personnes qui ont envoyé leurs témoignages qu Ministre avaient pris la précaution  d'en avertir leurs tuteurs respectifs, ça a pu jouer... mais là encore  je reconnais qu'il s'agit peut être d'une simple coïncidence.

3° Les journalistes , nous avons tous pu le constater au cours de ces derniers mois  ( articles dans Siné Mensuel, dans le Nouvel Obs, émission sur France Info, émissions télé sur France 2 et France 5)  commencent à s'intéresser de très près aux tutelles

 Ces avancées sont dues tout simplement à la détermination des personnes victimes d'abus tutélaires - ou à leurs proches - bravo à elles .

Aucun commentaire: