dimanche 17 mars 2019

Au lieu de l'aider, la curatrice de Maryvonne lui met des bâtons dans les roues

Objet : abus de faiblesse et mise en danger (in)volontaire de ma vie.


        Bonjour à tous,



    Je suis une jeune femme qui a été placé d'office à sa majorité sous curatelle renforcée.
L'échéance de cette mesure arrive à terme en avril 2019.

Depuis le début de cette mesure, je me bat avec l'aide de mon père et depuis deux ans de celle de mon compagnon pour lutter contre les négligences dont je suis victime.

    Depuis quelques semaines, je n'ai plus de droits sociaux alors que ma santé est en jeu.
Je ne peux plus faire d'analyses, aller chercher mes médicaments à la pharmacie, certains des praticiens me refusent l'accès aux soins... je n'ai plus de droits sociaux et pas d'argent pour payer car je n'ai pas eu mon supplément de fin de mois. Là encore, pas d'explications, mais on me remet cet argent le lendemain sur mon compte.

Je  me suis rendue à la CPAM afin d'y obtenir une attestation de droits, des informations sur ce qu'il s'est passé  sur mon compte Ameli, car, en effet, quelqu'un a changé mon mot de passe Ameli (je n'ai jamais eu les codes, c'est ma curatrice qui les a).
Mais aucune réponse de la part de la dame de l’accueil, car je suis sous protection. Je demande alors le nom de cette dame qui me le refuse, me dit qu'elle va appeler la sécurité ainsi que mon organisme de gestion... Je pars, donc. La dame se moque ouvertement de moi avec un homme qui est dans la file d'attente qui me dit «  va te faire soigner, t'as des problèmes psychologiques, toi »

J'ai, depuis cette mesure de protection changé trois fois de curateur sans que rien n'y change. Je suis épuisée de cette mesure qui me détruit.
Etant très émotive de nature et de par mon handicap, toutes ces émotions me mettent mal à chaque fois, je dois les gérer seule sans que personne ne me vienne en aide.

    Je me retrouve désormais devant le mur du stigmate qu'ont droit les personnes protégées (et handicapées). A cause de ma pathologie, toute émotion me bouleverse et je peux avoir une réaction excessive. Le fait d'être sous curatelle, en plus renforcée, m'empêche d'évoluer positivement et d'être stable financièrement sans avoir toujours besoin de compter sur mes proches, faute de provisions financières à disposition.

    Je vous conseille vivement de faire attention à ces mesures, d'autant plus que la psychiatrie actuelle est une usine qui permet de mettre de côté des personnes vulnérables et de les placer sous « protection », aussi synonyme d'exclusion totale : sociale (déjà aggravée par mon handicap), financière (je n'ai pas eu mes suppléments), et heureusement que je me suis débrouillée seule pour trouver mon appartement, sinon je serai à l'heure actuelle dans un clapier où les curateurs entassent leurs protégés afin de ne pas salir la ville.


Je souhaite apporter mon témoignage et qu'il soit diffusé MAIS je souhaite rester anonyme afin que ma sécurité reste préservée.



       

Aucun commentaire:

Publier un commentaire