jeudi 21 février 2019

Je suis sous mesure de protection et je suis à bout. Que faire ?

Je suis sous mesure de protection et je suis à bout. Que faire ?

Voici la question que me pose Nicolas.

Et voici mes remarques et suggestions en rouge
J



Je suis sous mesure de protection depuis plusieurs année, suite à des conflits familiaux. A la demande de ma mère.

Pourquoi votre mère vous a t elle fait placer sous tutelle ?

J'ai depuis réussis à remettre en cause sa demande et la débouté de ces fonction de curatrice et depuis je vis un enfer.
Je me suis retrouvé SDF pendant deux ans, suite à des démarches (je dirais un combat) personnel, j'avais réussis à m'en sortir par un assouplissement de la mesure et reprendre un logement.
Puis l' U.D.A.F m'a récupérer pour je ne sais quel prétexte.

Il faudrait aussi préciser pourquoi l'Udaf vous récupéré.. on a bien dû vous en donner la raison.


Bien que mon virement mensuel était régulièrement oublié parfois durant quinze jours. Sans compter un endettement pour des facture impayé.

L'endettement est il dû au tuteur ou au fait qu'il n'y avait pas d'argent sur le compte ? Il faudrait le préciser, merci

Depuis je suis passé à un curateur privé, que je vois au mieux deux fois par an.
Je n'ai jamais accès à mes relevé, ni facture.

Il est anormal que vous n'ayez pas accès à vos comptes, le tuteur doit vous les montrer ( c'est dans la Charte de la personne protégée ) et il doit vous remettre chaque année les comptes de gestion et les justificatifs des dépenses. S'il ne le fait pas il est dans l'illégalité totale et vous devez en avertir le JDT


La vitre de mon salon est brisé depuis bientôt un an et toujours pas de réparation, alors que c'était pris en charge à ce moment, mes factures s'accumule, tandis que mon niveaux de vis continue de baisser.
Je suis passé de 100 euros par semaines à 300 euros par mois en deux ans d'argent de vie comme ils appellent.

Vos ressources enfin vos revenus ont ils diminué ? Quelle explication le tuteur vous donne t il ?

Mon médecin à bien fait un courrier pour démarrer une mesure au tribunal d'instance.

Pour démarrer une mesure au Tribunal ? Que voulez vous dire ? Je ne comprends pas


Mon curateur me refuse l'assistance d'un avocat, et je sent bien que je vais encore me faire avoir.

Si le tuteur vous refuse un avocat au motif que vos ressources ne vous permettent pas d'en payer un, demandez l'Aide juridictionnelle.

Je suis épuisé, à bout.
Que faire ?



lundi 18 février 2019

Des nouvelles de Nadége Alègre

 Ce matin , j'ai reçu des nouvelles de Nadège Alègre.

Elle m'a téléphoné  , suite à la mise en demeure que je lui avais envoyée en RAR  pour lui demander


de  cesser ses signalements abusifs à Facebook .

Il y a quinze jours,  une certaine Nadège Alègre,  est venue s'incruster sur un de nos groupes qui

dénoncent les abus tutélaires  pour y prêcher  son évangile selon les tutelles  et faire des  signalements abusifs afin de  nous priver de la possibilité de nous exprimer sur les réseaux sociaux.

Depuis 4 mois  d'autres tuteurs  trolls avaient procédé de la même façon.

Sur le profil de Nadège Alègre  il était indiqué qu'elle était de Nîmes et qu'elle avait fait ses études à la Fac de droit.

Nous étions tous convaincus qu'elle était tutrice et pour en avoir le cœur net nos avons tapé Nadège Alègre dans le moteur de recherche de google  et nous avons vu ceci

protection des majeurs

Présentation de Nadège Alegre, mandataire judiciaire à Nimes

J'ai donc envoyé à cette Nadège Alègre une mise en demeure  pour lui demander de cesser ses signalements abusifs

Et ce matin  je reçois un coup de fil d'une certaine Nadège Alegre  me disant qu'elle est bien mandataire 

judiciaire à Nîmes  mais qu'elle n'est pas la Nadège Alegre de Nîmes qui nous a harcelés sur FB , il s'agirait, selon elle d'une usurpation d'identité…

Bon, je me contente de répéter ses propos sans faire de commentaires.






dimanche 17 février 2019

ABUS TUTELAIRES : Il n'y a pas de solution

Abus tutélaires : Il n'y a pas de solution.


Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Valérie Labrousse.

Valérie Labrousse est la première journaliste qui a eu le courage et l'énergie de s'attaquer à un sujet longtemps tabou, celui des abus tutélaires.

Au terme d'une enquête qui a duré huit ans elle termine son ouvrage de 300 pages sur cette phrase «  Il n'y a pas de solution »

Phrase qui en a choqué plus d'un et qui pourtant est d'une parfaite exactitude.

Ce n'est pas une question d'être optimiste ou pessimiste c'est une question de connaissance du sujet.

La plupart des gens , disons 99% d'entre eux , ont une connaissance très superficielle de la question des tutelles , ils ne connaissent que leur propre cas , mais toute personne qui a étudié à fond le système ( peut être quatre ou cinq personnes en France ) sait parfaitement que non seulement le système ne s'améliorera pas mais que les choses iront en empirant.

Mais alors me direz-vous , pourquoi continuer à dénoncer ces abus ? La réponse est très simple et tient en un mot «  parce que « .



Banned from posting from Facebook

Hier, j'expliquais qu'un groupe australien anti abus tutélaire s'était fait infiltrer par des trolls pro tutelle et s'étaient vus insulter par ces derniers exactement comme cela s'est passé sur nos groupes Facebook français.  Mais aujourd'hui les choses vont encore plus loin 
https://www.facebook.com/groups/aasgaa/permalink/2494704737223496/

samedi 16 février 2019

Morts suspectes dans une Ehpad du Doubs

Ces derniers temps les Ehpad sont sous les feux de l'actualité : Personnel insuffisant et  mal formé, scènes de maltraitance filmées par les familles et maintenant morts suspectes…