vendredi 26 novembre 2021

Il ne faut pas que la tutrice s'attache trop àson " protégé... oauf.. ouaf.. oauf..

 


_ J'ai lu hier quelque chose d'extraordinaire sur une page Facebook consacrée aux abus tutélaires :


un des membres du groupe regrettait que les tutrices de l'Udaf changent toutes les cinq minutes... Et le troll-tuteur de service lui a répondu ceci :


«  Si les tutrices changent souvent à l'UDAF c'est pour éviter que les tutrices s'attachent aux protégés »


On trouve vraiment des pépites sur ces pages FB anti abus tutélaires ...


mercredi 24 novembre 2021

Compte-rendu de l'AG A.D.V.T du 21 Octobre 2021

 


Compte rendu de l'AG du 21 octobre 2021



_L' AG d'ADVT s'est tenue en présentiel, jeudi 21 octobre 2021, au siège de l'Association, et bien évidemment dans le respect des gestes barrières.


_ Le chantier de cette année portait sur la façon dont les proches des « protégés » sont traités par les personnes des tutelles à savoir comme des pestiférés or, je dois dire, pour être parfaitement honnête, que j'ai reçu très peu de témoignages exploitables sur ce sujet...


_Selon mon analyse, il y a deux raisons à cela les personnes ayant des procédures en cours hésitent à se manifester car cela pourrait leur nuire et c'est un argument parfaitement recevable. La deuxième raison est que les témoignages que j'ai reçus cette année sont extrêmement mal rédigés, bourrés de fautes d'orthographe et de syntaxe au point d'être pratiquement incompréhensibles et que je me vois mal envoyer de tels torchons aux journalistes ou aux ministères …


_ A propos des journalistes, ceux-ci continuent de me contacter régulièrement mais j'avoue que cette année il m'a été impossible de les orienter vers des témoignages intéressants pour la bonne raison que je n'en ai pas reçus.


_ La dernière émission sur les tutelles, diffusée en novembre sur TF1 était très clairement pro tutelle, on peut s'en indigner mais à qui la faute sinon à ceux qui couinent à longueur de journée sur les abus tutélaires mais sans jamais donner de preuves ou de faits précis concernant ces abus.


_ Je précise aussi que plus de 90% des témoignages spontanés qui ont été adressés à l'Association pourraient être intitulés «  Ma tutrice me vole, elle ne me donne que 100€ par semaine » … oui mais quand on creuse un peu on constate qu'il s'agit de personnes dont les revenus n’excèdent généralement pas 900€ par mois et qu'une fois que la tutrice a payé le loyer, l'assurance, l’électricité, la mutuelle etc. il lui est difficile de « donner » plus de 100€ par mois...


_ Je précise tout cela car je pense que le rôle d'une association est bien de dénoncer les abus ( et non de les supprimer car il faut être d'une infinie stupidité pour penser qu'une association a un quelconque « pouvoir » sur l'institution judiciaire) encore faut-il que les abus dénoncés le soient à bon escient …_


_ L'association A.D.V.T n'est rien d'autre qu'une simple courroie de transmission et si elle ne reçoit rien elle ne peut rien transmettre.


_ Bref, le seul élément positif que l'on peut tirer de tout cela c'est peut-être que ces abus sont beaucoup plus minoritaires qu'on ne le dit .


_ Reste que même minoritaires ces abus sont d'autant plus inacceptables qu'ils concernent des personnes vulnérables et dans l'incapacité de se défendre elles-mêmes puisque livrées pieds et poings liés à des tuteurs pas toujours bienveillants. Mais je me rassure en me disant que tous les « yaka faut qu'on » qui s'expriment sur Facebook sauront, eux, apporter « la » solution.

lundi 22 novembre 2021

Et hop encore un diagnostic de "délire paranoïaque" ... un de plus

 



Je m'appelle Pierre D. et je sors d'un séjour forcé de deux mois en hôpital psychiatrique.

Voici mon histoire, j'ai choisi de la médiatiser afin que ce qui m'est arrivé n'arrive pas aux autres.

Ma maman subit des violences conjugales (physiques/morales/sexuelles/financières/maison insalubre par le harcèlement moral) depuis très longtemps (bien avant ma naissance et la maladie), aujourd’hui âgée de 61 ans, totalement handicapée atteinte depuis des années d’une maladie incurable (la sclérose en plaques) la rendant totalement paralysée et dépendante pour tous les gestes de la vie quotidienne, avec d’important troubles neurologiques (pertes de tout sens logique, pertes de la mémoire, etc.), incapable de se défendre ou de s’enfuir, condamneée à vivre dans sa maison qui est insalubre


L’été 2017, maman frôle la mort en tombant mystérieusement dans le coma, hospitalisation. Électrochoc, subissant aussi des violences de la part de mon ascendant paternel, je décide d’agir déposant 2 plaintes (l’autre pour violences conjugales sur personne vulnérable), parole contre parole (sans suite), la seconde est irrecevable. Pour protéger ma maman, j’arrête de travailler pour saisir la justice au civil -naïvement- en demandant une tutelle gérée par un professionnel. 

Via les services sociaux rien ne bouge, bloqué [depuis mon dépôt de plainte : le mari refuse tout contact entre moi et ma maman] : j’écris au Procureur de la République afin de demander le passage d’un médecin expert

Le Parquet réagit, en 2019 le Juge des Tutelles convoque les parties, assisté d’un avocat j’obtiens gain de cause, le jugement indique : « une situation d’insalubrité et des actes de maltraitances de la part du mari ». Je patiente encore quelques mois à domicile, la tutrice ne fait quasiment rien ; fin 2019, nouvelle tutrice (pire que la 1ère) qui refuse chacune de mes propositions, et au contraire : soutient à 100 % le mari. Tutrice qui en mars 2020 devant la Cour d’Appel va me charger pour payer un loyer ; juge qui ne posera aucune question sur les violences conjugales, et me charge, me disant que je suis malade mental et besoin de soins, mais confirmant intégralement le jugement de 1ère instance, renforcé d’un «le fils est par son attitude, source de graves et constantes tensions dans la famille ». POURVOI en Cassation en cours... 

15 Février 2021 : en garde à vue suite à la plainte de ma maman pour harcèlement moral déposé par sa tutrice, et à la même plainte de mon ascendant, puis je suis déferré au Parquet de Rennes, on m’y apprend mon procès pour le 01/07/2021, mon placement sous contrôle judiciaire (interdiction d’entrer en contact et d’aller au domicile… RIP mes affaires), l’expertise psychiatrique qui va ensuite me déclarer « paranoïaques aux élaborations délirantes » . 

Le 26/06, mon avocat refuse de déposer des conclusions qui mentionneraient mon innocence -et que je ne suis pas fou (malade mental)- ne me représente plus et part avec mes 1080 euros empruntés à mes amis. 

Le 01/07 la tutrice est présente avec mes ascendants et un avocat -membre du groupe de défense des hospitalisations d’office-, j’y dépose mon mémoire et une parties de mes preuves, j’y dis la vérité, l’Etat au courant depuis longtemps (3 informations préoccupantes : 2014, 2016, 2017) à merdé de A à Z (mairie, CDAS, ARS, Parquet, etc...), tout comme la tutrice, le procès est reporté au 05/08 avec contre expertise car l’expert, m’a déclarer responsable et irresponsable.  

Hébergé par une amie depuis février, entre temps ma situation se dégrade et me voilà à la rue, toujours sans aucun moyens de paiement et avec seulement une toile de tente. 

Le 05/08, seul face à mes ascendants, la tutrice et leur avocat, ou malgré plus de 300 pièces versées aux débats par mes soins -dont des vidéos des violences- contre 2 certificats médicaux et un dossier bidon monté de toutes pièces… 

La contre expertise confirmant la 1ère : les juges me déclare à 29 ans coupable de harcèlement moral mais au vu de l’irresponsabilité pénale, la peine : des soins psychiatriques complets, 2000 euros à verser à ma maman, 1 euro symbolique et 800 euros de frais d’avocats. 

Je fais appel mais le Greffe me refuse ce droit, finalement l’appel est déposé par un avocat, sauf que le 16/08 je suis interpellé par la gendarmerie alors que je rechargeais ma gourde aux wc

publics du cimetière, et on m’interne, car le Préfet à pris un arrêté à mon encontre. Me voilà interné du 16/08 au 24/09/2021 où j’en sortirais finalement pour : 1800 euros après 3 instances assisté d’un avocat, avec un arrêt indiquant que « j’ai accepté les soins et que j’en comprend la nécessité » alors que NON. J’en suis sorti, mais pas libre, sous contrainte car le personnel soignant de l’HP m’a forcé à signer un arrêté préfectoral, me gardant sous soins mais à l’extérieur, avec la possibilité de m’y renvoyer.  

Depuis, je survis en étant hébergé chez une amie, et tentant au mieux de préparer ma défense pour obtenir justice à la Cour d’Appel au pénal. 


lundi 8 novembre 2021

Que penser de l'émission "Sous Tutelle " du dimanche 7 novembre sur TF1 ?

 

Que penser de l'émission «  Sous tutelle » qui est passée hier, dimanche 7 novembre sur TF1 ?


Je suis sûre que la plupart des feignasses qui pensent «  lutter contre les abus tutélaires » sur Facebook en vomissant leur fiel anti tutelle mais sans JAMAIS donner aucun fait précis à l'appui de leurs accusations trouveront cette émission «  pro tutelle »


ça veut dire quoi «  pro tutelle » . Dès qu'on a le malheur de dire que dans certains cas , et disons le franchement dans 90% des cas la mesure est justifiée on est taxé d'être pro-tutelle. …


Par contre, on peut tiquer quand on entend le journaliste affirmer que «  les abus existent mais sont très minoritaires » cette phrase est totalement inacceptable et terrible à entendre par ceux qui sont victimes de ces abus.


Malheureusement les victimes d'abus tutélaires sont aussi victimes des « prétendues victimes » qui, quand on regarde les dossiers de près _ j'ai eu des centaines de dossiers entre les mains_ et pour être tout à fait honnête 95% de ces dossiers ne tiennent pas la route : Des accusations de vol sans la moindre preuve à l'appui, le déni total , de la part de 95% des soi disant victimes de tutelle abusive de leur incapacité à se gérer du fait de la dégradation de leurs facultés cognitives etc. etc.


Et là je parle des dossiers que j'ai eus entre les mains mais si l'on regarde les publications Facebook ( que les journalistes lisent, ne l'oublions pas!) Là c'est consternant : Des criailleries, des jérémiades, des accusations sans la moindre preuve et des déclarations velléitaires du type «  On devrait s'unir, on va créer une association, attention notre Collectif est en train de se constituer »   et ça depuis quatre ans .


Je pense que les abus tutélaires auraient pu , sinon disparaître totalement du moins être fortement diminués si les victimes de ces abus avaient agi intelligemment... Mais tant que ces gens là auront le nez collé sur LEUR petit cas personnel et en attendant «  de l'aide «  des autres les choses ne feront qu'empirer.



vendredi 29 octobre 2021

L'écoeurante bassesse et l'infinie stupidité de certaines soi disant "victimes des tutelles"

 

_Un exemple de la bassesse inouïe et écœurante et de l'ignominie d'une soi disant «  « réelle victime du monde des tutelles » Jean-Pierre Bacquet.

_ J'ai fait la connaissance de ce monsieur il y a environ deux ans, il s'est permis de me téléphoner chez moi pour me tenir la jambe pendant des heures et des heures , pour me raconter des platitudes et des lieux communs à n'en plus finir.

_ Je rappelle d'ailleurs que ce n° est réservé aux adhérents et que Monsieur Bacquet ne peut être adhérent puisque, pour des raisons que j'explique en long et en large sur le site je ne prends pas d'adhérents sous tutelle ou curatelle.


_ J'ai donc demandé poliment à Monsieur Jean-Pierre Bacquet de cesser de m'importuner, et je lui ai rappelé que s'il a des idées pour améliorer le système tutélaire rien ne l'empêche d'ouvrir sa propre page Facebook pour y exposer ses brillantes idées.


_ Depuis ce Monsieur exerce sa petite vengeance en colportant à droite et à gauche toutes sortes de calomnies sur moi et en voici un exemple particulièrement hideux et écœurant.

_ Il a écrit – très courageusement sur une page où il sait très bien que je ne vais pas_ qu'il fallait se méfier de moi car «  je faisais l'objet de poursuites judiciaires. »

_ Les connaissances en droit de Mr Bacquet semblant assez limitées je lui rappelle que ce genre d'allégations , même véridiques, est passible de poursuites judiciaires et d'amendes assez lourdes.


2° Ces fameuses «  poursuites judiciaires » dont je fais l'objet je les raconte moi-même, et ce depuis 4 ans, en long et en large sur mon site Internet car elles s'inscrivent dans le cadre de mon action contre les abus tutélaires .

Mais moi je les restitue dans leur contexte ce que bien sûr Mr Bacquet se garde bien de faire ce qui est totalement abject et d'une bassesse inouïe.

Il s'agit là d'un acte malveillant inspiré par le seul besoin de nuire.

Le besoin d'assouvir une petite vengeance personnelle car j'ai demandé à ce monsieur de me lâcher les baskets et d'arrêter de me tanner avec ses jérémiades.


_ Depuis que je m'intéresse aux abus tutélaires j'ai eu l'occasion de rencontrer des gens vraiment remarquables et qui se donnent énormément de mal pour réduire, dans la mesure du possible ces abus qui bien sûr existent bel et bien.


_ Mais j'ai aussi rencontré pas mal de pseudos victimes qui se comportent en cloportes et ne valent guère mieux que les tuteurs qu'ils critiquent.


mercredi 27 octobre 2021

Très intéressant podcast de Franceinfo sur l'affaire de la tutelle de Britney Spears

 

_Il est illusoire de croire qu'il est possible de « réformer » le système tutélaire, quand on se donne la peine d'étudier un peu la question on voit bien que la «  machine judiciaire » s'est totalement emballée on se heurte à un mur de béton un mélange de flemme de je m'en foutisme et bien sûr d'intérêts financiers …

_ Les victimes n'ont aucun moyen de se défendre, elles sont livrées pieds et poings liés à leur «  protecteur » qui tient les cordons de la bourse et a donc tout pouvoir ...

_ La seule chose qu'il est possible de faire c'est de mettre les gens en garde contre un système qui se dit de protection et est devenu un véritable système de prédation .


_ La médiatisation de l'affaire Britney Spears est une excellente chose dans la mesure où elle permet au grand public de prendre connaissance des travers de ce système.


Il est extrêmement intéressant de voir que le troll tuteur, Nefle machintruc, qui sévit sur les pages anti abus tutélaires sort comme un diable de sa boîte dès qu'on évoque le cas Britney Spears, ces gens-là n'aiment pas beaucoup qu'on mette certaines choses sur la place publique.


Comment le documentaire "Britney vs Spears" de Netflix dénonce les 13 ans de mise sous tutelle de la star (francetvinfo.fr)


vendredi 1 octobre 2021

Connaissez-vous le gaslighting ? Une technique sournoise qui vise à vous faire douter de votre santé mentale 

 

Connaissez-vous le gaslighting ? Une technique sournoise qui vise à vous faire douter de votre santé mentale .

Ce terme est issu du film Gaslight sorti en 1944 avec Ingrid Bergman.

Dans ce film le mari se livre à toutes sortes de techniques perfides pour faire douter son épouse de sa santé mentale dans le but justement de la rendre folle.


Ces techniques sont très fréquemment employées par certains professionnels du droit ( tuteurs, notaires etc.) Il est extrêmement difficile de se défendre contre de tels procédés qui ne laissent bien sûr aucune trace écrite et qu'il est donc extraordinairement difficile voire impossible d'en apporter la preuve. Et ce d'autant plus qu'elles sont utilisées par des auxiliaires de justice, et donc assermentées ce qui implique que votre parole pèse peu contre la leur.


. Ils disent des mensonges flagrants.

2. Ils nient avoir jamais dit quelque chose, même si vous en avez la preuve

3. Ils utilisent ce qui vous est proche et cher comme munitions

4. Ils vous épuisent au fil du temps

5. Leurs actes ne correspondent pas à leurs paroles


6. Ils savent que la confusion affaiblit les gens


7. Ils essaient de rassembler les gens contre vous

8. Ils vous disent que vous êtes fou