dimanche 11 août 2019

Mon fils handicapé est sous tutelle UDAF c'est une horreur

Bonjour,
Mon fils adulte né gravement handicapé subit depuis des années des maltraitances en tous genres de l'établissement hébergeur sensé le protéger ainsi que le j'menfoutisme grandiose et tous les abus de
pouvoir que l'udaf est capable de lui infliger ainsi qu'a moi-même qui tente en vain depuis 10 ans de le récupérer ; Après 4 ans je viens d'apprendre par miracle (puisque je ne suis pas sa tutrice)
que mon fils allait changer d'établissement et que le juge des tutelles de DIJON n'a pas ouvert mon dossier ni donc pris en compte les actions de mon avocat , prétexte : dossier non envoyé en
recommandé !... alors que j'ai bien recu et conservé l'accusé de réception daté et signé !!
J'ai porté plainte auprès du Procureur en Mars 2019 et l'ai relancé il y a quelques jours , mon avocat ayant mis en suspend le dossier en attente des suites de la plainte.
Voilà ou j'en suis, avec toute la détresse d'une maman !
Je tiens a rajouter que je possède énormément de preuves sur les maltraitances en tous genres et a tous degrés que subit mon fils de la part de l'établissement et de l'UDAF complice puisque étant
tuteur sensé ne pas ignorer : courriers très "particuliers" de l'udaf mais aussi photos, vidéos et enregistrement oraux sur place et par téléphone de TOUS les intervenants sensés protéger mon fils ,
ainsi que des révélations désespérées que mon fils m'a faite.
Je tiens a dire aussi que pour se débarrasser de moi l'établissement et l'UDAF ont décidés depuis le 2 juin 2015 de nous séparer : interdiction de contacts téléphoniques et de visites a
l'établissement ! Après 6 mois de privations de tout lien entre mon fils et moi ils ont décidé que mon fils me rendrait visite durant 2h30 tous les 3 mois ... avec le taxi qui ne bouge pas du parking
durant ce temps !
Depuis le 9 février 2018 l'UDAF ne m'envoie même plus les dates de ces visites , je reste donc cloitrée chez moi pour ne pas risquer de ne pas être là lors des venues de mon fils ; 2h30 , 10h par an,
c'est très court , on a tous juste le temps de se faire les calins qui nous manquent tant , je ne sais plus rien et mon fils n'a plus le temps de me dire tout ce qu'il continue a subir , j'ai juste
le temps de lui dire de me faire confiance, que je réussirai a faire en sorte qu'il revienne vivre avec moi et sous ma responsabilité ; cette vie qui n'en est pas une est plus que terriblement
dramatique et douloureuse.
De plus en 2017 l'UDAF m'a demandé (par courrier) de participer au paiement du taxi : 832,23 euros pour l'année, 4 fois 2h30 !
Sachez aussi que la plupart de mes preuves datent d'avant notre séparation en 2015 et malgré mes relances le juge des tutelles n'a jamais jugé bon de me les demander ! Seul mon avocat les a.
Je ne pensais pas écrire tout celà (et j'ai encore tant a dénoncer) mais je laisse tout car tout doit se savoir , tout se dire pour espérer que ces ignominie cessent un jour et que nous puissions
enfin vivre sereinement sans ces ignobles barrières que posent l'UDAF !
Je veux faire médiatiser "notre histoire" et disant et prouvant tout !!
* Je veux également que les parents d'enfants handicapés sachent que quand les enfants sont majeurs ils ne leurs "appartiennent"plus du tout s'il entrent dans un établissement spécialisé !
J' ai laissé l'UDAF y inscrire mon fils car il était demandeur d' une vie a lui parallèlement a sa vie familiale et que l'établissent garantissait le contact et les visites de la famille ... il n'en
est rien , mon fils manque de tout, est en danger permanent, subit, est malheureux et privé de sa maman !!
Voilà ce qui attend les parents qui veulent faire le bien pour leur enfant majeur handicapé ... le monde du handicap met le grappin dessus et leur enlève leurs droits de parents !!!!!!!!

Ma réponse
Chère Madame, 

Je vous remercie beaucoup pour votre témoignage, particulièrement émouvant.

Je suis profondément convaincue  que le fait de recueillir ces témoignages, de les médiatiser, de les transmettre aux députés  permet de faire avancer les choses.
Car les choses avancent, à petits pas, certes mais elles avancent.

A preuve ce rapport des députés Aurélien Pradié et  Caroline Abadie  sur  les droits fondamentaux des  majeurs protégés handicapés .   Je vous mets le lien 


Je vous souhaite bon courage et vous dis A Bientôt.

---




--

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire