mardi 12 décembre 2017

Chez le Juge d'instruction

 Chez le Juge d'instruction
Donc, hier , mardi 12 décembre, j'étais convoquée chez le Juge d'instruction  pour première comparution dans le cadre de ma mise en examen.
 Pas facile d'arriver à l'heure car hier il y avait 1° grève des transports sur le RER 2° Circulation très difficile à Paris en raison de la Cop 23.
Mis trois heures pour me rendre au TGI et idem pour rentrer chez moi.
Décidemment Walter m'aura bien pourri la vie depuis quatre ans...
Je suis arrivée à l'heure et on m'a fait poireauter à peu près une heure...
Le Juge ne m'a présenté aucune excuse ni pour m'avoir fait attendre, ni pour avoir annulé le dernier rendez-vous la semaine dernière et m'avoir fait déplacer pour rien.
J'ai eu la désagréable surprise de voir qu'on m'avait collé un avocat commis d'office
- J'avais expliqué que je ne voulais pas d'avocat !
- Mais Madame c'est obligatoire dans le cadre d'une première comparution ! rassurez vous  vous ne paierez rien si vous n'avez pas les moyens ...
- Ce n'est pas une question d'avoir les moyens  je ne veux pas d'avocat c'est tout. D'ailleurs même si vous dites que les services de l'avocat sont gratuits, je suppose qu'il ne travaille pas pour rien et que ça me sera facturé dans la note qu'on ne manquera pas de me présenter.
La Juge a vérifié mon identité  et m'a demandé si j'étais bien l'auteur des propos tenus contre Walter dans mon site internet.
J'ai répondu que oui.
Elle a lu des extraits de mon site d'un ton détaché et avec un petit sourire ironique qui en disait long sur ce qu'elle pensait ...
Ensuite elle m'a signifié ma mise en examen.
L'avocat n'a rien fait ni rien dit il n'a servi strictement à rien...
La Juge ne m'a donné aucune explication, aucune information sur le déroulement du procès.
Procès qui ne sera bien sûr qu'une pure mascarade , Avec ce prcès Walter veut du fric et j'aurais péféré qu'ils me demandent de lui faire son petit chèque direct et qu'on en finisse avec ces simagrées judiciaires.
Je suis bien dans la merde mais je ne regrette rien  et si c'était à refaire, je recommencerais.



1 commentaire:

  1. Ah ! Ces braves dicastes ! Que leur tombe un Socrate sous la main et ils en pissent de joie. Condamner la vérité, il n'est pas de plus grand plaisir pour eux.

    RépondreSupprimer