mercredi 27 décembre 2017

Quand la tutelle tue : Encore un nouveau suicide, un de plus....

Quand la tutelle tue : encore un suicide ...un de plus !

Le 2 décembre 2017  un homme s'est immolé par le feu devant l'Hôtel de Ville de B.  (en Moselle )
C'est son frère , très choqué, qui m'a téléphoné pour m'informer de ce fait.
Cette personne était sous tutelle et le vivait très mal.
Il y a quelque temps il était allé à sa banque et avait réclamé son argent.
Comme il était sous tutelle on ne le lui a bien sûr pas remis, il est devenu très nerveux, la police est intervenue et l'homme  a été interné...
Peu de temps après sa sortie de l'hôpital  il s'est immolé parle feu devant l'Hôtel de Ville de B.
Pour son entourage immédiat le lien entre sa tutelle qui lui était insupportable et son acte désespéré  semble s'imposer.
Le journal local a consacré deux lignes à cet événement tragique dans la rubrique " faits divers ",  bien évidemment pas un mot sur les causes de ce suicide, pourtant bien connues des proches de cet homme.

Le 24 novembre 2017 : mort de Francis V :  il avait laissé des messages très clairs  disant que sa  curatelle renforcée  était " invivable "
Fin décembre  Michel B, qui depuis six mois intervenait quasi quotidiennement sur les réseaux sociaux pour se plaindre de sa curatelle renforcée qui lui était intolérable est retrouvé mort chez lui par les gendarmes.
Et le 2 décembre, ce monsieur, qui ne cessait de dire à tout un chacun qu'il ne supportait absolument pas sa tutelle s'immole par le feu....
 Je suis persuadée que le décès tragique de ces trois personnes n'empêchera pas le service des tutelles de passer de bons réveillons..
.
Pourquoi se gêneraient-ils ?  Ils savent bien qu'on ne leur demandera aucun compte, il n'est pas aisé d'apporter la preuve de la cause d'un suicide.

1 commentaire:

  1. « Rien n'explique son geste brutal et désepéré », bêtifient les médiocrates patentés à l'adresse des gogos.
    Sachez, messieurs-dames les dénégateurs professionnels que ce malheureux est mort des suites d'une exposition prolongée à la « putainerie tutélaire », comme avant elle Sylvie Velghe et une foule d'autres « protégés ».
    Si on n'est pas une ordure, quand, n'étant pas aveugle, on arrive à ne pas croire ce qu'on a pourtant sous les yeux, c'est qu'on est irrémédiablement taré.

    RépondreSupprimer