jeudi 9 août 2018

Furieuse, elle déverse 10 litres d'huile dans les locaux de l'ASE


Le Parisien. 26 juillet 2018

Furieuse, elle déverse 10 litres d'huile moteur dans les  locaux de l'ASE à Colombes

Une altercation avec le personnel de l’aide sociale à l’enfance a dégénéré.
Le nettoyage s’annonce compliqué. Ce mercredi, une femme a déversé 10 l d’huile de moteur dans les locaux des services territoriaux de l’aide sociale à l’enfance à Colombes. Il était environ 12 h 40. La dame rentre dans les locaux des STASE, situés avenue Henri-Barbusse et se présente à l’accueil, furieuse.

Le ton monte avec le personnel de cette structure départementale qui vient en aide aux familles en difficulté et peut prendre des mesures de protection de l’enfance en danger. La raison de la colère de cette usagère n’est pas connue.

Mais le personnel de l’ASE a indiqué aux policiers qu’ils connaissaient bien cette femme et avaient déjà rencontré des problèmes avec elle. Ce mercredi, le différent s’est terminé dans un bain d’huile de moteur. La femme a ensuite été appréhendée par les forces de l’ordre.

Ce jeudi matin, les portes des STASE étaient fermées. Accrochée à l’entrée, une pancarte indique qu’ « un usager a volontairement provoqué des dégradations à l’accueil ». «Les conséquences auprès du personnel sont importantes », précise l’affiche. Les locaux seront également fermés ce vendredi.

« Le dossier étant judiciarisé », le département n’a pas souhaité s’exprimer « pour l’heure ». Il rappelle qu’il « condamne tout acte de violence et d’agression envers les agents exerçant une mission de service public, à qui il apporte sans condition sa protection fonctionnelle ».

 Ma remarque perso :
Je ne cautionne évidemment pas les actes de violence mais  si on a un cerveau en état de marche  on se dit que si cette personne a commis un tel acte, c'est qu'elle devait être vraiment poussée à bout.
Il semblerait que les dérives de l'ASE  soient aussi dramatiques que celles des tutelles,  la Presse n'en parle jamais et je n'en ai pris conscience que très récemment via les réseaux sociaux.


1 commentaire:

  1. Sans doute qu'il ne s'est rien passé, comme le 2 décembre à B*.

    RépondreSupprimer